Les Alouettes de Montréal étaient méconnaissables jeudi dernier, lors de leur défaite de 19-11 aux mains des Blue Bombers de Winnipeg. Il est vrai qu'il est tôt pour sonner l'alarme, mais sur bien des points, je me pose des questions sur l'édition 2013 des Alouettes. Mais qui blâmer?

La ligne offensive
À l'approche de la saison 2013, la ligue offensive était l'unité la plus stable comparativement à l'année dernière, puisque tous les partants revenaient à leur poste cette année. On pouvait donc se dire, sans trop se risquer, que tout allait bien aller à ce chapitre. Par contre, malgré le fait que les joueurs se connaissent très bien et qu'il n'y a pas de blessures significatives, on en arrache sur la ligne d'engagement. Oui c'est vrai, les Blue Bombers sont censés avoir une bonne défensive, mais de là à voir Calvillo se faire autant frapper?

Ce qui m'amène à mon deuxième point : Anthony Calvillo
Nous avons eu la chance d'avoir Calvillo à Montréal pour de nombreuses années, années durant lesquelles plusieurs records ont été fracassés et de nombreuses Coupe Grey gagnées. Mais malheureusement, ce que je vois présentement m'inquiète pour ce qui est à venir…

Le numéro 13 ne semble tout simplement pas à l'aise dans le nouveau système offensif de Mike Miller. Nous l'avons vu à plusieurs reprises hésitant, ce qui n'aidait en rien le timing développé sur les jeux. Non seulement ça, mais on l'a vu encaisser les coups tout au long de la partie, ce qui n'est pas rassurant considérant le fait qu'il aura 41 ans au mois d'août prochain. Nous l'avons aussi vu très impatient et à bout de nerfs avec ses coéquipiers à la fin de plusieurs jeux, ce qui est hors de l'ordinaire pour lui.

Je pousse donc ma réflexion sur la situation d'Anthony Calvillo à Montréal comme suit. Il est l'un, sinon le meilleur quart-arrière de l'histoire de la CFL et les fans des Alouettes ont été choyés de pouvoir avoir autant de stabilité au poste de quart au fil des dernières années. En revanche, je me questionne sur la relève. N'oublions pas une chose : tant que Calvillo est en poste, la relève ne se développe pas derrière lui. C'est donc inquiétant de voir une solution autre que Calvillo au poste de quart, pour le peu de temps qu'il reste… Les entraîneurs auront la lourde tâche de le rendre plus à l'aise dans leurs nouveaux systèmes.

Terminons avec un mot sur les entraîneurs
Je crois qu'ils ont la responsabilité des récentes performances des Alouettes. En fait, il faut se le dire, le coordonnateur offensif et l'entraîneur-chef n'ont aucune expérience dans la CFL et ça a paru sur les stratégies de jeu. Dans la NFL, on voit fréquemment l'utilisation du jeu au sol puisque les équipes disposent de quatre essais. En revanche, dans la CFL, le jeu est beaucoup plus axé sur la passe, mais les stratégies aériennes ne semblent pas développées comme elles devraient l'être. Selon moi, les entraîneurs de Winnipeg ont surclassé les entraîneurs montréalais jeudi dernier. Ils ont été en mesure de lire le plan de match de Montréal et de faire les ajustements de stratégie nécessaires afin de pouvoir battre les Alouettes. Par ailleurs, les cinq joueurs offensifs partants de l'an dernier sont de retour cette saison, mais sont l'ombre d'eux-mêmes. Je me pose donc vraiment la question : est-ce que les entraîneurs tirent le maximum de leurs joueurs?

Mais, comme mentionné plus tôt, il ne faut pas appuyer sur le bouton de panique immédiatement. En revanche, nous devons dire que nous ne sommes pas habitués de voir Montréal si peu créative en offensive. En fait, je vous dirais que la partie de jeudi m'a rappelé l'ère Jim Popp à la barre des Alouettes… Et, même s'ils disposent d'un bon front défensif, Winnipeg ne devrait pas représenter une puissance dans la ligue cette année, loin de là… Prochaine partie, vendredi prochain contre Calgary, qui devraient être beaucoup plus coriaces que les Bombers. Voyons voir comment Hawkins préparera ses hommes.
 

 
 

Commentaires