Qu’ont en commun la Aston Martin Vantage, la Porsche Boxster, la Nissan 370Z, la BMW Z4, la Audi TT et la Mazda MX-5?

Oui, ce sont toutes des voitures qui se déclinent en version décapotable, vous avez raison.

Mais il y a autre chose qui place la Mazda MX-5 en très grande compagnie. Quoi?

Tente-t-on ici de comparer le comportement routier de la petite Mazda à celui d’une Porsche Boxster, par exemple? Bien sûr que non. On parle ici de deux voitures qui œuvrent dans des segments différents, qui sont de conception diamétralement opposée et qui n’exigent pas le même genre de déboursé à l’achat. On se comprend là-dessus.

Pourrait-on établir un parallèle alors entre la sensation d’être au volant de l’Aston Martin Vantage et de la MX-5? Non. Il serait même ridicule d’y penser, la première vaut cinq fois plus que la deuxième et représente le nec plus ultra de l'automobile; pas la Mazda.

Et la Audi TT, la BMW Z4 ou la Nissan 370Z, ou quelle autre encore? Des comparaisons possibles? Non.

La MX-5 est moins chère que toutes les rivales citées. Elle a le moteur le moins puissant du groupe et est la plus lente à se déplacer. Elle est la plus bruyante et la moins confortable du lot. De plus, si vous avez le malheur d’être un peu trop grand, elle n’est pas très accueillante. Quant au luxe, c’est un concept très abstrait à bord de cette voiture. Et côté prestige, rien de comparable.

Pourtant, la MX-5 est unique. Et là où elle rejoint toutes les autres, c’est au niveau du plaisir de conduire qu’elle procure. Même que là, la MX-5 a des leçons à donner.

L’équilibre
Chaque balade au volant d’une MX-5 se transforme en moment de pur plaisir. La raison en est fort simple. D’abord, le format de la voiture nous donne l’impression de conduire un go-kart. Ensuite, la répartition des masses frise la perfection. Il en découle qu’on peut piloter cette voiture en la poussant dans ses derniers retranchements sans jamais vraiment avoir peur de l’échapper. Son équilibre est quasi parfait et lorsqu’elle dérobe un peu, on la ramène d’instinct sur le droit chemin.

La MX-5 n’est pas donnée, toutefois. Un modèle bien équipé vous soulagera d’au moins 30 000 $.
Cependant, c’est bien moins que pour toutes les autres voitures mentionnées précédemment. La MX-5 n’offre peut-être pas le prestige livré par les autres, mais l’agrément de conduite, bien que différent, n’est pas moins plaisant pour autant.

Avoir les poches pleines, la MX-5 ne serait peut-être pas mon premier choix, mais j’en aurais une dans ma cour, juste pour le plaisir. C’est vous dire.

Pour ceux qui croient encore qu’il s’agit d’une voiture de fille, un essai routier s’impose.

En prime, vous avez droit à la fiabilité japonaise. 

Commentaires