Récemment, j'ai reçu le jeu Catherine d'Atlus afin de l'évaluer sur HardGamers. Outre le fait que ce projet très original et étrange ait enfin atterri dans ma console, je n'ai pu m'empêcher de penser à la phrase suivante en y jouant : c'est un jeu vraiment fait pour des gars.

La plupart du temps, lorsqu'on pense à des jeux pour gars, on croit à des jeux remplis de sang et de violence ou encore à caractère sexuel. Certes, Catherine comporte de la violence (voire même du sadisme) et bien des éléments à connotation sexuelle, mais ce n'est pas ce qui en fait un jeu pour gars. En fait, j'irais même jusqu'à dire que ceux à la recherche de bains de sang ou de demoiselles en tenue d'Ève seront très déçus par Catherine tant ces éléments sont secondaires.

Non, ce qui fait de Catherine un jeu pour gars, ce sont les réflexions au sujet du couple qu'il met de l'avant. Rapidement coincé dans un triangle amoureux, le protagoniste de l'aventure est constamment tourmenté par des questions reliées à l'infidelité. Doit-il affronter ses propres peurs et s'engager dans la relation qu'il entretient avec sa copine depuis plusieurs années ou bien doit-il plutôt succomber à l'attrait de la liberté et de la relation sans attache? C'est à travers ce dilemme représenté par deux femmes que se forgent tout le scénario et la profondeur de Catherine.

Je n'ai jamais été infidèle, mais cela ne m'a pas empêché de voir en Catherine un jeu qui me parlait. Je me suis déjà posé les mêmes questions que le héros du jeu et les nombreuses citations et dialogues proposés sur le sujet de l'engagement, du mariage et de la famille m'ont directement interpellé. Certes, Catherine est aussi un jeu de casse-tête puisque le but n'était pas de concevoir une simple vidéo sur le couple, mais les interrogations soulevées par le jeu à ce sujet et l'empreinte masculine présente un peu partout rendent le tout fort intéressant pour un gars.

Catherine est un jeu pouvant également être apprécié de la gente féminine, mais je crois définitivement qu'il trouvera sa niche auprès de la population masculine.

Commentaires