Voici le top 5 des choses qui rendent l'hiver moins supportable. Chacune d'elles a un ou plusieurs impacts sur notre santé.

1-      La luminosité : Ce serait la cause de la fameuse déprime de novembre. Avec les journées qui raccourcissent et les rayons du soleil moins forts, le temps de luminosité des pays nordiques diminue grandement. Cela nous affecte de plusieurs façons. La lumière qui entre dans notre œil atteint le cerveau par le nerf optique, puis stimule des neurotransmetteurs et des hormones. L'une d'elle est la sérotonine, aussi appelée l'hormone du bonheur. À noter que 18 % des Canadiens seraient touchés par la déprime hivernale. De plus, la vitamine D s'active dans l'organisme grâce aux rayons du soleil sur la peau et cette vitamine essentielle favorise une bonne santé osseuse.
 
2-      La glace : Nous l'aimons au Centre Bell, mais nous l'haïssons sur nos routes. La fine couche d'eau présente entre nos bottes et la glace diminue la résistance et augmente les accidents de voitures et les chutes, surtout chez les personnes âgées.
 
3-      Le froid : Eh oui, encore lui! En plus de causer des engelures si nous ne sommes pas assez bien habillés, le froid peut avoir d'autres effets secondaires. D'abord, il faut comprendre que l'air froid est plus sec. Par conséquent, les voies respiratoires s'assèchent, ce qui peut créer des problèmes comme l'asthme. En fait, des études montrent qu'un exercice intense à l'extérieur l'hiver peut augmenter le nombre de cellules du système immunitaire (neutrophiles) dans les bronches et créer de l'inflammation. Certaines maladies, comme le diabète, l'insuffisance cardiaque et l'angine de poitrine, peuvent s'aggraver également. Sachez aussi que même certains médicaments peuvent aggraver les effets du froid.
 
4-      L'alimentation : Même au mois de janvier, nous avons des oranges et des caramboles dans les épiceries. Nous importons des fruits et des légumes, souvent moins goûteux, des pays du sud. Bien sûr, je ne voudrais pas qu'on stoppe toutes les importations de fruits et légumes; nous en avons besoin de plusieurs portions par jour. Par contre, a-t-on besoin de toutes ces variétés? Serions-nous plus mal sans litchis frais en février? Chaque aliment voyage en moyenne 2 600 km avant d'atterrir de notre assiette : la distance entre le Québec et la Floride!
 
5-      Les chansons de Noël : Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais la veille… acceptable, deux semaines avant… tolérable, en rangeant les costumes d'Halloween… insupportable! Je parle bien sûr des 10 mêmes chansons reprises à toutes les sauces pour vendre des albums. Je suis capable de m'adapter au reste, mais ça, ça affecte ma santé mentale!

Références :
- Sue-Chu, Malcolm, Winter sports athletes : long-term effects of cold air exposure, Br J Sports Med, 2012;46 :397-401
- Dr Loic Etienne, Problèmes en hiver, http://www.docteurclic.com/encyclopedie/les-problemes-en-hiver-generalites.aspx
- http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=depression_saisonniere _pm
- L'achat local, toujours en tête! www.equiterre.org, mai 2006

Photos :
http://clindoeil.ca/mode/les-defiles-mode/defile-ah-2012-rud-rudsak
http://www.torontosun.com/sunshine-girl/2011/06/14/taya

Commentaires