BORNES ÉLECTRIQUES

2e partie, tant attendu, d'une nouvelle enquête de l'inspecteur Binette

Le journal d'un récit fictif
(Une histoire tirée de l'imaginaire de Bruno Laliberté)
brunolaliberte.com
 
 
Le démasquage du pyromane souriant (2e partie)
 
 
 
« C'est le surnom que lui avons donné à cause du dessin qu'il laisse sur chaque édifice qu'il incendie. C'est l'effigie du monsieur sourire bien connue. Pour l'instant, les indices se font rares et nos effectifs sont limités… »
 
« Un instant… un instant, seriez-vous prêt à me faire participer à cette enquête interromps l'inspecteur? Votre pyromane souriant c'est attaqué à ma famille, donc ça rend l'affaire personnelle! »
« Voilà inspecteur une bonne raison de vous exclure; votre implication personnelle vous rendrait trop émotif face à l'enquête. »
« J'ai une solution pour ça donnez moi cinq minutes réponds l'inspecteur sans hésiter. »
 
Puis, il se rend au poste des infirmières en mâchouillant trois jujubes. Après avoir montré ses pièces d'identité, il fait un appel :
            «Bonsoir, bonsoir, ici l'inspecteur Binette pouvez-vous rejoindre le capitaine et le faire me rappeler à l'hôpital St-Pierre au 3e étage…Rapidement s'il vous plaît… je sais qu'il est tard, mais je dois lui parler sans faute! »
 
À la suite d'une longue discussion avec le policier et être retournée à la chambre de sa tante, où il l'a questionnée plus en profondeur que le policier, il a, enfin, reçu le retour d'appel qu'il attendait. Le capitaine ouvre la conversation en lion :
« Non, mais vous n'arrêtez jamais vous avez vu l'heure!... »
 
« Je sais, mais vous savez comment vous me dite que j'ai une montagne de vacances d'accumulée alors j'en prends deux semaines, non, tien, trois dès ce soir. Est-ce que ça vous va? »
 
 
Un long silence… un rire suivi de blasphèmes bien épicés et, le capitaine ajoute :
« Vous les avez les urgences, d'après moi inspecteur vous avez vraiment besoin de vacances. À votre retour, je vous aurais pris un rendez-vous chez le psychologue du département. Bon trois semaines de vacances Binette, amusez-vous bien! »
« Merci capitaine, mais... allo, allo, vous êtes toujours là... BOF! »
 
            Georges rejoint le policier et lui annonce :
« Vous avez maintenant un détective privé sur le cas. Je suis en vacances et ma première visite touristique sera la scène de crime du feu dès demain matin. »
« Vous y tenez à ce point alors, je suis partant. »
 
Les deux hommes se sont serré la main. Le policier quitte l'étage et l'inspecteur retourne dans la chambre de sa tante…
 
 
À SUIVRE    

Commentaires