BOUTIQUE ADG
BORNES ÉLECTRIQUES

Environ un mois après le début de l'ouverture du marché des joueurs autonomes, les analyses sur les contrats accordés commencent à surgir. Certaines signatures sont considérées comme étant très bonnes, d'autres beaucoup moins. Parmi ces dernières, le contrat accordé par le Canadien à son défenseur-vedette, Andrei Markov, fait beaucoup jaser.

En effet, depuis quelques jours, plusieurs analystes n'hésitent pas à affirmer que le contrat accordé à Markov est l'un des pires parmi ceux attribués aux joueurs autonomes depuis le 1er juillet. Pour rappel, Markov a accepté une entente de trois ans évaluée à 17,25 millions, soit un salaire annuel de 5,75 millions par année. C'est beaucoup, beaucoup d'argent et un risque que prend le Canadien en signant certes un excellent défenseur, mais qui a été lourdement handicapé lors des deux dernières campagnes.

En 2009-2010, Markov a disputé 45 matchs avant d'être foudroyé par une blessure majeure au genou droit qui a mis fin à sa saison. En 2010-2011, complètement rétabli, personne ne croyait que Markov s'absenterait de nouveau pour une si longue période. Le guerrier était de retour, mais est rapidement tombé au combat lors d'un match contre les Hurricanes de la Caroline, en ayant lourdement donné contre la bande, fracassant de nouveau son genou droit. Au total, Markov n'aura disputé que sept rencontres l'an dernier et on se croise toujours les doigts afin qu'il soit en uniforme pour le début de la prochaine saison.

C'est devant ce genou droit lourdement blessé qu'on se pose plusieurs questions au sujet du contrat accordé à Markov. Un joueur susceptible d'être de nouveau blessé pour une longue période en raison d'un genou fragilisé peut-il commander un lourd contrat de 5,75 millions par saison?

Markov est un excellent défenseur, parmi l'élite de la LNH. Un Markov en santé est un atout majeur pour le Canadien, tant pour la brigade défensive que lors des avantages numériques. C'est un joueur qui stabilise la défensive et qui est un quart-arrière solide lors des surnombres. De plus, il pourrait servir de mentor à plusieurs jeunes défenseurs très prometteurs pour l'avenir du Canadien, dont le jeune Yemelin qui devrait faire partie du Canadien la saison prochaine.

Cependant, si l'histoire se répète, le Canadien pourrait de nouveau être lourdement handicapé. Certains affirment que même si Markov se blesse, ce n'est pas grave puisque son salaire ne comptera pas sur la masse salariale pendant la période de sa blessure. C'est vrai, mais ce ne serait pas là le problème du Canadien. Un défenseur comme Markov ne se remplace pas facilement en cours de saison. Lorsque vous devez remplacer votre premier ou deuxième défenseur en cours de campagne, et ce, pour une longue période, c'est tout un casse-tête pour un directeur général et un entraîneur que de trouver une solution efficace non seulement pour la saison, mais aussi pour les séries.

L'an dernier l'a bien démontré chez le Canadien. Malgré l'émergence de P.K. Subban, la perte de Markov puis de Gorges a considérablement fait mal au CH. Des joueurs ont été surutilisés et n'avaient tout simplement plus d'énergie dans le réservoir à la fin de la saison, tandis que d'autres ont occupé des postes qu'ils n'auraient pas dû avoir. Imaginez s'il fallait que Markov se reblesse en début de saison et que cela mette de nouveau fin à celle-ci prématurément. Pire, imaginez que P.K. Subban subisse lui aussi une blessure majeure. On ne souhaite évidemment pas cela, mais ce sont des scénarios possibles qui, s'ils se concrétisent, handicaperaient terriblement le CH. Tout cela, c'est sans compter le fait qu'on ignore si Markov sera le joueur qu'on a connu. Jouera-t-il au même niveau que par le passé malgré son genou? Prendra-t-il autant de risques avec son état de santé?

Bref, c'est pour cela que le contrat de Markov fait tant jaser. Le Canadien voulait absolument le garder dans son organisation, et ce, en ignorant s'il pourra jouer au même niveau que lors des dernières campagnes et en ignorant si cet énigmatique genou le fera de nouveau tomber au combat. En ce sens, on peut dire que le CH prend un « beau risque » avec Markov...

Commentaires