Connaissez-vous la série Max Payne? Il faut remonter à plus de dix ans en arrière pour voir apparaître le premier volet de la série. Max Payne, premier du nom, a vu le jour le 25 juillet 2001. À l’époque, j’étais un jeune ado qui jouait beaucoup à l’ordinateur. Évidemment, j’avais sauté sur la nouvelle création de Remedy Entertainment MacSoft Games. Je me rappelle avoir été charmé par le scénario, les graphismes, mais surtout le Bullet Time. Depuis ce jeu, j’ai toujours aimé cette série mettant en vedette un policier qui a tout perdu. Évidemment, j’attendais avec une certaine impatience le troisième volet de la saga.
 
Dans Max Payne 3, on retrouve notre héros qui a donné son nom à la série. Depuis le premier chapitre, il a pris quelques rides. Par contre, les blessures du passé ne semblent pas avoir guéri. Max regrette toujours la mort de sa femme et de son bébé, qui ont été, doit-on le rappeler, sauvagement tués par des criminels sous l’emprise d’une drogue. L’ancien flic a maintenant sombré dans l’alcool et ne vit que dans le passé. Heureusement, il s’est trouvé un boulot de garde du corps dans un endroit chaud du Brésil. Tout va pour le mieux quand des agresseurs débarquent à une fête de son patron pour enlever la petite amie de ce dernier. S’en suivra une course effrénée pour la retrouver. 
 
La narration faite par le personnage principal est un élément important dans cette série de jeu de tir objectif. Le nouveau jeu de Rockstar Games ne fait pas exception à la règle et nous propose les états d’âme du héros tout au long du jeu. L’acteur qui fait la voix de Max en anglais est vraiment parfait pour le rôle. C’est digne des meilleurs films policiers américains. On regrette cependant qu’il n’y ait pas de doublage en français (contrairement à Max Payne, l’original). Par contre, on retrouve des sous-titres en français.
 
Encore une fois, l’ex-policier peut compter sur le Bullet Time, un « pouvoir » qui permet de ralentir le temps pour prendre la peine de viser et pour essayer d’éviter les balles. J’ai eu beaucoup de plaisir à l’utiliser pour abattre les vilains qui tentaient de barrer la route à Max. Il suffit d’appuyer sur un bouton et le tour est joué. Le joueur ne peut cependant pas utiliser ce pouvoir à l’infini. Il faut attendre un certain temps avant de voir la barre remonter.
 
Graphiquement, j’avoue avoir été assez surpris par la beauté des graphismes. Bien sûr, les régions du Brésil sont parfaitement reproduites (j’ai un faible pour le travail des développeurs sur l’eau). Il arrive aussi que l’on revienne dans le New Jersey pendant des flash-back. Les environnements enneigés de l’État américain contrastent vraiment avec la chaleur de l’Amérique du Sud. Toutefois, les artistes n’ont pas chômé et nous proposent des cartes qui n’ont rien à envier aux autres.
 
La progression dans Max Payne 3 n’est ni trop difficile, ni trop facile. J’ai bien aimé que, lorsqu’on meurt plusieurs fois, notre héros retrouve quelques munitions et des analgésiques (qui permettent de soigner sa vie). Comme ça, on ne reste pas bloqué éternellement dans un endroit.
 
Bref, Max Payne 3 est un très bon jeu pour les gars qui aiment les jeux de tir avec une histoire convaincante. On y retrouve un héros pas ordinaire qui tente de survivre et de sauver les proches qu’il aime. Va-t-il y arriver? C'est ce que vous saurez en vous procurant ce jeu, qui est actuellement en solde dans quelques boutiques, si ma mémoire est bonne.
 
Points positifs :
- Bon scénario
- Graphismes parmi les plus beaux sur console
- Durée de vie assez longue
- Le Bullet Time!
- Voix anglaise excellente…
 
Points négatifs :
- ... mais on aurait aimé au moins avoir l’option de mettre des voix en français
- Certaines missions peuvent sembler un peu longues.
 
Images provenant de l'éditeur.

 

Commentaires