Le titre boursier du service de vidéo à la demande Netflix (NFLX-Q) explose de plus de 13 %, jeudi, sur l’optimisme des investisseurs concernant la croissance espérée du nombre d’abonnés au service en flux continu (streaming) et sur la possibilité de voir la société retrouver la voie de la rentabilité.

La récente poussée dudit titre boursier s’est amorcée mardi, alors que l’analyste Mark Mahaney de Citigroup s’est montré convaincu du potentiel de croissance à long terme de Netflix, et ce, tout juste avant que le PDG, Reed Hastings, dévoile que plus d’un milliard d’heures de vidéo en flux continu (streaming) ont été écoutées par l’ensemble des abonnés en juin 2012.

Monsieur Mahaney possède d’ailleurs une recommandation d’achat et une cible de 130 $ US sur le titre boursier en question.

Les 26,5 millions d’abonnés au streaming écouteraient donc une moyenne de 38 heures par mois, surpassant ainsi la moyenne de 28 heures mensuelles comptabilisées l’année passée. De nouvelles données seront sans doute partagées le 24 juillet prochain, moment choisi par l’entreprise pour dévoiler ses plus récents résultats financiers.

Netflix tente toujours de se remettre de la hausse de prix d’environ 60 % exigée l’année passée, alors que la société souhaitait vendre aux abonnés ses services de streaming et de location de DVD séparément. Ce changement a été le catalyseur d’une perte importante d’abonnés, et le prélude d’une sévère dégelée en Bourse.

La capitalisation boursière du groupe (28 milliards de dollars US environ) en fait une cible de choix pour l’un des grands acteurs de l’industrie. La baisse de valeur de l’entreprise observée depuis juillet 2011 se veut évidemment le catalyseur d’une multitude de rumeurs. D’ailleurs, en décembre dernier, le titre avait déjà profité de la spéculation entourant l’intérêt possible de Verizon à son égard.

Ledit titre s’est transigé dans une fourchette comprise entre 60,70 et 304,79 $ US dans la dernière année. Il flirte avec le cap des 82 $ US à l’heure de rédiger ces lignes.

Source : Associated Press

Suivez-nous sur Twitter : @domlamy et @affairesdegars

Commentaires