Lorsqu’on vous mentionne le nom de Buick, visualisez-vous d’instinct un membre de votre famille aux tempes grisonnantes? Si oui, c’est que vous associez encore la marque aux boucliers à son histoire, à ses traditions. Cependant, sachez que depuis quelques années, Buick tente par tous les moyens de rajeunir son image, notamment en introduisant des véhicules plus dynamiques et plus branchés. L’objectif : séduire une clientèle plus jeune.
 
Les modèles Park Avenue, Century, Lucerne et Rendez Vous, c’est du passé. Aujourd’hui, la gamme regroupe des noms tels Regal (!), Enclave, LaCrosse et Verano. Bientôt, on comptera l’Encore dans la famille, un petit VUS compact très attendu.
 
Bref, on n’a plus les Buick qu’on avait.
 
Du solide 
Je ne vais pas tenter de vous convaincre qu’on a désormais affaire à des produits de la trempe des BMW, Audi, Mercedes-Benz et Infiniti. Cependant, la rigolade est terminée et côté rapport qualité/prix, on pourrait débattre longtemps de la question. Une Verano, ça se négocie autour de 25 000 $.
 
Récemment, j’ai mis à l’essai cette voiture qui met à profit la plateforme Delta II de GM. Cette dernière sert aussi à la Chevrolet Cruze, entre autres. Si je vous parle de cette plateforme, eh bien, c’est que c’est du solide. Tous les produits du constructeur qui en découlent reçoivent une bonne presse, que ce soit ici en Amérique ou ailleurs dans le monde. En Europe, par exemple, la Buick Verano, c’est une Opel Astra.
 
Confort ET tenue de route 
En conséquence, fort d’une plateforme rigide, le comportement routier de la Verano est sain. La voiture répond bien à nos doléances et lorsqu’on lui pointe le museau dans un virage, elle obéit sans coup férir. En prime, puisqu’il s’agit d’une Buick, quand même, l’accent a été mis sur le confort.
 
Ainsi, au volant, on profite d’une expérience très feutrée combinée à une bonne tenue de route. Dans le passé, l’expérience avait beau être feutrée à bord d’une Buick, la tenue de route faisait défaut.
 
Mécaniquement, l’offre de base consiste en un moteur à 4 cylindres de 2,4 litres et 177 chevaux. Ça suffit amplement à la tâche, mais avec les 250 chevaux du moteur de 2 litres turbo aussi offert (modèles 2013), il est tentant de regarder de ce côté.
 
En fait, tout dépend si vous êtes un habitué de la marque ou si vous magasinez pour une première fois à l’enseigne.
 
Conclusion 
Bref, Buick a accouché ici d’une voiture compacte fort intéressante. Il s’agit, pour l’instant, de l’un des secrets les mieux gardés de l’industrie. Chose certaine, avec des produits de cette trempe, l’avenir à long terme de la marque s’annonce intéressant.
 
En bref… 
Moteur : 4 cylindres de 2,4 litres et 177 chevaux
Consommation de carburant : 8 litres aux 100 kilomètres
Prix : 29 360 $

 
On aime :
-       Format compact
-       Tenue de route rassurante
-       Niveau d’insonorité
 
On aime moins :
-       Image encore associée à la marque
-       Trop de ressemblances avec la Regal

Commentaires