On a tous déjà entendu parler de l'hépatite C, cette maladie qui touche le foie. Mais il faut bien avouer que bien peu d'entre nous connaissent réellement cette maladie qui peut avoir de graves conséquences sur l'organisme. Pour cette raison, nous vous proposons d'en apprendre davantage sur l'hépatite C.

L'hépatite C, c'est quoi?
 
Pour plusieurs, l'hépatite C est reliée aux relations sexuelles non protégées ou encore à la prise de drogue avec des seringues contaminées. Il faut bien l'avouer, cette maladie a encore bien mauvaise presse.
 
Mais saviez-vous qu'on peut l'attraper en prenant seulement le coupe-ongle ou le rasoir d'un ami infecté? L'hépatite C se transmet également lorsqu'on va dans un endroit où les équipements ont été mal stérilisés, comme chez le tatoueur ou même chez le professionnel du traitement des ongles (pédicures et manucures). En fait, tout ce qu'il faut, c'est qu'il y ait un contact de sang à sang.
 
L'hépatite C, contrairement à d'autres maladies, est « silencieuse ». Cela signifie que l'on se rend souvent compte qu'on est atteint de la maladie seulement lorsque d'importants problèmes de santé apparaissent.
 
Il faut dire que cette maladie peut avoir de graves répercussions sur notre corps. En fait, c'est surtout le foie qui peut être touché. Une hépatite chronique risque ainsi d'apparaître lorsque l'organisme a été incapable d'éliminer le virus. Cela peut se transformer en cirrhose ou encore en cancer du foie. Certaines situations requièrent même une greffe de foie.
 
L'histoire d'Éric
 
Au Canada, près de 300 000 personnes (75 000 au Québec) sont atteintes d'une infection par le virus de l'hépatite C. Annuellement, on répertorie de 3 200 à 5 000 nouveaux cas. Mais le pire, c'est que 35 % des personnes infectées par le virus de l'hépatite C ne le savent pas. C'est consternant.
 
C'est d'ailleurs ce qui est arrivé à Éric. Ce jeune homme a décidé, tout bonnement, d'aller passer un jour des tests de sang dans une clinique spécialisée. On lui apprend alors qu'il est atteint de l'hépatite C. C'était en 2006.
 
Éric est, à cette époque, un jeune étudiant actif. Il n'utilise pas de seringue pour prendre de la drogue. En fait, il se demande comment il a bien pu attraper cette grave maladie. Encore aujourd'hui, il ne peut dire avec certitude de quelle façon il a été infecté.
 
Malgré cette nouvelle alarmante, Éric n'a pas baissé les bras. L'année suivante, en 2007, il a pu heureusement être traité avec succès. 
 
Aujourd'hui, Éric est père de famille et semble s'être remis de cette terrible épreuve. En plus d'avoir une vie familiale épanouie à Montréal, il travaille dans un bureau d'ingénierie. Il mène maintenant une vie active et pratique plusieurs sports. Il a même participé à plusieurs triathlons et marathons un peu partout au Québec, comme à Joliette, Granby, Montréal et Bécancour.
 
2013 sera d'ailleurs une année bien remplie pour lui. Il compte participer à plusieurs épreuves importantes comme le Spartan super race de Tremblant, le triathlon distance olympique de Drummonville et le triathlon demi-Ironman de Montréal. Cette dernière épreuve ne sera pas une partie de plaisir. Les candidats doivent, en effet, nager sur une distance de 1900 m de natation, parcourir 90 km en vélo et faire 21,1 km de course à pied. Nous lui souhaitons bonne chance!
 
Nous espérons que cet article vous a fait prendre conscience de l'importance de passer des tests de dépistage. N'attendez pas qu'il soit trop tard. On ne rigole pas avec l'hépatite C!

Source : Fondation canadienne du foie 

Commentaires