Les invasions de domicile ont été rendues tristement célèbres par les médias. Il est clair qu'il s'agit d'une expérience traumatisante pour les victimes. Et pour cause! S'il y a un endroit où l'on devrait être en sécurité, c'est bien chez soi! Adam Wingard s'est inspiré de ce phénomène odieux pour son dernier film intitulé « Tu es le prochain » (version française de « You're next »).

Bon anniversaire!
 
Pour célébrer leur anniversaire de mariage, Paul Davison (Rob Moran) et Aubrey (Barbara Crampton) invitent leurs quatre enfants et leur conjoint dans leur maison de la campagne. Ils espèrent par le fait même que les différents membres de la famille se réconcilient. Pendant un souper, qui commence à dégénérer à cause d'une dispute, des hommes avec des masques d'animaux assiègent la maison. Bien que personne ne sache vraiment de qui il s'agit, leur intention, elle, est bien claire : éliminer tout le monde.


 
Un peu de nouveauté
 
Tu es le prochain est loin d'être le film le plus épeurant qui existe. Il est certes sanglant et nous fait sursauter à quelques reprises. Cependant, je ne crois pas que cela fait de lui un mauvais film d'horreur. Il possède quelques bonnes trouvailles qui lui permettent de se démarquer des autres productions du genre.
 
Après une introduction classique, il sort rapidement du cadre du film d'horreur typique pour nous offrir quelque chose de rafraîchissant. Par exemple, les personnages ont été bien travaillés et ne tombent pas dans le cliché. Avant que l'assaut des hommes masqués ne commence, on assiste à une belle dynamique familiale. On sent vite qu'il y a des rivalités entre les différents membres. Et même lorsque le sang commence à couler, les tensions demeurent (non pas sans une certaine dose d'humour).
 
Dans beaucoup de longs métrages de ce type, les femmes sont souvent les victimes sans défense qui se font tuer. Ce « stéréotype » n'est pas totalement absent dans Tu es le prochain, mais, chose assez rare, c'est une femme qui va prendre les choses en main. D'ailleurs, l'héroïne ne nous paraît pas stupide et fait des choses qui ont du sens.
 
Sans grande surprise, certains personnages meurent stupidement. Cependant, on sent qu'Adam Wingard a voulu faire exprès. Ce n'est pas une critique de ce genre cinématographique, mais on sent à certains moments qu'il souhaite nous faire rire par l'absurdité de la situation. À ce propos, certaines scènes et certains dialogues sont franchement croustillants.
 
L'intrigue n'est pas trop prévisible. Évidemment, les amateurs du genre réussiront à deviner à l'avance ce qui va se passer, mais, dans l'ensemble, elle arrive à nous surprendre plus d'une fois. Sans vous révéler les punchs, disons qu'il y aura un retournement de situation plutôt inattendu.
 
Les amateurs d'hémoglobine seront également servis. Mis à part les haches et les arbalètes, les personnages vont se battre avec des articles que l'on trouve normalement dans une cuisine. Sauf qu'ici, ce n'est pas de la viande animale que l'on va cuisiner, mais plutôt de la viande humaine. En tout cas, vous ne verrez plus jamais votre mélangeur de la même façon…
 
Verdict
 
Tu es le prochain ne va peut-être pas redéfinir le genre, mais il a le mérite d'offrir une expérience rafraîchissante aux cinéphiles à la recherche de sensations fortes. L'histoire est intéressante, les personnages sont bien exploités et il y a même un peu d'humour noir. Que demandez de plus?
 
Cote : 4 étoiles sur 5

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph

Commentaires