Il y a un peu plus de 25 ans, des pionniers du brassage artisanal de la bière nous ont ouvert un univers de goûts, de couleurs et de textures des plus excitants. Revivons le début de cette industrie qui ne cesse de nous étonner par sa variété.

Depuis plus de 25 ans, les tablettes des épiceries, des dépanneurs et les pubs du Québec ont connu une révolution tout à fait exceptionnelle. En effet, c'est dans la deuxième moitié des années 80 que le Québec a vu naître le marché des microbrasseries. D'abord bien timide, le développement du marché des microbrasseries est maintenant bien implanté et florissant. Je vais vous raconter cette fantastique aventure des brasseurs de bières artisanales au Québec.

Un monde de géants

Les décennies qui ont précédé les années 80 ont vu les brasseurs majeurs occuper tout le marché de la vente de la bière commerciale au Québec. Dans les années 70, on retrouve trois grandes brasseries : Carling-O'Keefe, Labatt et Molson. Les autres plus petites furent tout simplement fusionnées. Ces grands brasseurs offraient essentiellement le même genre de bière, soit de la bière de type pilsener ou ale. À part la Porter Champlain, la Labatt Porter et la Brador, peu de bières se faisaient remarquer par leur différence. L'amateur de bonne bière devait se rabattre sur les produits importés pour satisfaire ses goûts exotiques.

Les Cantons-de-l'Est : berceau des microbrasseries

C'est au début des années 80 que commença à germer l'idée de produire artisanalement de la bière destinée d'abord à être servie sur place, donc produite en petites quantités. Le premier permis délivré à une brasserie artisanale au Québec fut émis en 1986 à la brasserie Massawippi de North Hatley, près de Sherbrooke. Les deux associés, Peter Provencher et Don Fleicher, s'installent dans un hangar derrière ce qui allait devenir le Pilsen Pub. Ils décident déjà de déménager leur production à Lennoxville afin de profiter d'une eau qui est réputée pour sa qualité. À peine sur pied, l'entreprise est vendue et déménagée à Chambly et deviendra par la suite, en 1991, Unibroue.

Mais les installations de Lennoxville ne restèrent pas très longtemps inactives puisque trois enseignants de l'Université Bishop, Stanley Graves Sr, Robert Barnett et David Seale, décidèrent d'obtenir le deuxième permis de brasseur artisanal et créèrent le Golden Lion (aujourd'hui aussi connu sous le nom de Lion d'Or) le 1er juillet 1986. Toujours en 1986, à Montréal cette fois, une autre entreprise brassicole artisanale fut mise sur pied : la brasserie du Cheval Blanc. Ce n'était que le début…

Les Cantons-de-l'Est, la région sherbrookoise entre autres, furent le berceau du phénomène des microbrasseries au Québec et de nouvelles ne cessent d'y voir le jour.

De toutes les couleurs

Lorsqu'on voit la variété de bières brassées juste au Québec depuis plus de 25 ans, on ne peut regretter ce qui se faisait avant. Maintenant, les dépanneurs regorgent de bières blondes, rousses, brunes, douces, fortes, etc. Les brasseries qualifiées de microbrasseries ne doivent toutefois pas produire plus de 300 000 hectolitres par année et on en dénombre une centaine au Québec. Celles-ci essaient tout de même d'augmenter leur part de marché de la vente de bière qui, en 2012, représentait à peine 5 %; elles visent 12 % d'ici 2017. Avec les produits de qualité disponibles pour les buveurs et les amateurs de bonnes bières, gageons que l'objectif pourrait être atteint. C'est à souhaiter! Voici en terminant quelques-unes des bières microbrassées les plus populaires selon les commentaires que j'ai moi-même colligés :

  • La Boréale rousse et noire (Brasseurs du Nord)
  • La St-Ambroise et la Griffon (McAuslan)
  • La Blanche de Chambly, La Fin du Monde, la Maudite (Unibroue)
  • La Tremblay (Brasseurs RJ)
Liens :
http://www.bcvetcie.com/repertoire/lion-dor.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_microbrasseries_qu%C3%A9b%C3%A9coises

Commentaires