Je suis heureux de reprendre ma chronique avec une nouvelle approche. J'ai reçu des courriels de lecteurs et d'amis qui me demandaient de donner mon point de vue sur certains traits de caractère des hommes. Je vais m'efforcer d'y répondre spontanément, en me basant évidemment sur mon expérience comme psychologue.

Pourquoi ma blonde a-t-elle besoin que je parle plus?
 
Très bonne question. Voyons voir si je peux donner quelques explications à partir des besoins de chacun, besoins qui peuvent parfois être incompatibles.
 
Les femmes sont naturellement portées à exprimer leur état d'âme, leurs émotions, leurs peurs, leur vécu intérieur, leurs expériences personnelles. Elles ont développé, en général, de grandes habiletés à communiquer leur ressenti et leur expérience subjective.
 
Je constate que même lorsqu'elles sont petites, les filles se racontent à peu près tout. Bien souvent, elles ont vu leur mère être aussi transparente. À leurs yeux, c'est normal, souhaitable et important d'exprimer ses émotions et ses idées si l'on veut créer un lien véritable avec nos proches. Connaître le point de vue de l'autre, c'est aussi une façon de se rassurer et de mieux composer avec les difficultés de la vie. 
 
Pour les gars, c'est un peu différent. Je dirais même qu'à certains moments, c'est le contraire. Les hommes n'osent pas se dévoiler. Ils ont peur de l'opinion des autres. Il faut maintenir une image de gars à la hauteur capable de régler ses problèmes par lui-même. Souvent, ils ont la certitude qu'être trop transparent est un piège : leurs paroles pourraient être utilisées contre eux. Les hommes ont donc appris à se méfier des autres et de ce pouvoir que l'on donne aux autres lorsqu'on livre trop ouvertement ses états d'âme, ses émotions ou son vécu personnel.
 
Les petits garçons ont vite appris qu'il faut être discret et ne pas dire franchement ce qu'on pense. Le père leur a montré la voie. Le silence nous donne du pouvoir. On reste mystérieux, énigmatiques et inconnus dans une certaine mesure, ce qui rend les autres incapables de nous critiquer ou de nous reprocher nos erreurs et nos torts.
 
Je pense aussi que les hommes n'osent pas révéler ce qu'ils sentent ou ce qu'ils pensent par peur d'être trop méchants ou agressifs. Comme les hommes sont souvent habités par la frustration et la colère, voire la rage, la réponse type devient : J'aime mieux ne pas en parler, sinon je pourrais dire des choses extrêmement blessantes. Alors quand leur blonde leur demande de s'ouvrir, les hommes ressentent une forte ambivalence. « Je me tais et j'évite la catastrophe ou je parle et je garroche mes frustrations et là, c'est le psychodrame assuré. » Et comme je le disais plus tôt, ils craignent vraiment que leurs propos et leur franchise soient finalement utilisés contre eux.

« Vous avez le droit de garder le silence. Dans le cas contraire, tout ce que vous direz pourra [être] et sera utilisé contre vous devant un tribunal », le tribunal étant, dans ce cas-ci, la conjointe, les amis, les collègues…
 
Les hommes préfèrent garder le silence et refouler leurs frustrations plutôt que de s'ouvrir et faire éclater au grand jour la vérité. Il faudra qu'ils en assument les conséquences.     

Commentaires