BORNES ÉLECTRIQUES

« SENS » est la nouvelle création du collectif de folklore urbain [ZØGMA]. Nous avons eu la chance d'assister à la première de cette œuvre à l'Amphithéâtre du Gesù vendredi dernier. Voici nos impressions.

Une œuvre inspirée de notre société moderne
 
Ce nouvel opus chorégraphique signé Frédérique-Annie Robitaille et Dominic Desrochers est grandement inspiré de notre société actuelle. En effet, avec l'avènement des réseaux sociaux et des sites de partage de vidéos comme YouTube, on dirait que nous sommes constamment à la recherche de contenu sensationnel. Avant, il était délivré par les médias, alors qu'aujourd'hui, n'importe qui ou presque peut être la source de ce contenu. Tout ce qu'il faut, c'est une caméra et un peu de talent.
 
Les six danseurs (Olivier Arseneault, Noémie Azoulay, Yaëlle Azoulay, Philippe Meunier, Frédérique-Annie Robitaille et Ian Yaworski) interprètent donc des individus qui rêvent de visibilité et de succès, sans pour autant vouloir perdre leur authenticité. Tout au long de l'œuvre, qui dure environ une heure, on va assister à ce combat perpétuel.
 
SENS commence dans le silence. Les interprètes défilent à tour de rôle sur une passerelle comme dans un vrai défilé de mode. Ils prennent différentes poses, dont certaines sont assez drôles et satyriques. Tout le début du spectacle est sans musique, ce qui est déconcertant, mais permet également d'attirer notre attention et d'embarquer immédiatement.

Cette fameuse passerelle, située sur le côté jardin, va jouer un rôle primordial tout au long du spectacle. Les danseurs vont s'en servir dans plusieurs chorégraphies. Il faut dire que la scène est assez épurée. L'autre élément majeur du décor est un grand écran qui va retransmettre régulièrement les prestations des interprètes, mais avec quelques effets comme des couleurs ou du ralenti. Le concept est original; cependant, j'avoue que je ne l'ai pas souvent regardé, préférant me concentrer sur les artistes « vivants » qui évoluaient souvent à gauche de celui-ci. En fait, il était difficile de pouvoir regarder les deux en même temps. Il fallait faire un choix!
 
De la danse percussive impressionnante
 
SENS n'est pas qu'un spectacle de danse moderne. Il s'agit plutôt de danse percussive. Sans trop entrer dans les détails, disons simplement que les interprètes, en plus de faire des mouvements de danse, font de la musique avec leurs mains et leurs pieds. Ça rend les choses encore plus impressionnantes (et plus compliquées pour les artistes) puisqu'ils doivent coordonner leurs pas de danse, mais également la musique qu'ils jouent. La moindre petite erreur de rythme est alors immédiatement audible par l'audience.
 
Tout au long du spectacle, on a eu droit à des chorégraphies spectaculaires. Plusieurs étaient réalisées avec 2, 3 ou 4 interprètes, mais les plus spectaculaires étaient clairement celles avec tous les danseurs réunis sur scène. Très doués, ils étaient tous synchronisés. Ils ont sûrement dû répéter pendant un grand nombre d'heures pour en arriver à ce résultat! Cependant, leurs mouvements étaient fluides et ne semblaient pas du tout artificiels. Tout cela semblait vraiment naturel comme s'ils faisaient cela pour la première fois.
 
Julier Roy, qui signe la composition et l'environnement sonore, a réalisé une œuvre musicale qui s'intègre parfaitement à la pièce. Très rythmique, elle s'accorde parfaitement aux pas des danseurs, sans pour autant prendre toute la place. Elle sait s'effacer quand les artistes y vont de quelques pas de danse compliqués.
 
Verdict 
 
[ZØGMA] nous a offert, dans SENS, une œuvre à la fois contemporaine, rythmique, sensuelle et satyrique. Très impressionnante sur le plan musical, elle nous fait réfléchir sur la place qu'a pris le sensationnalisme dans notre société moderne. Les chorégraphies, originales et plaisantes à regarder, sont réalisées par des danseurs doués. Dommage seulement que SENS se termine un peu trop abruptement. On aurait aimé en voir davantage !

Pour plus d'informations, vous pouvez visiter leur site Internet. Il est aussi possible de regarder une vidéo en visitant cette adresse : https:/vimeo.com/59308023

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph



Commentaires