La licence « Rapides et dangereux » fait partie des plus lucratives du cinéma actuellement. Évidemment, les avis sont partagés. On aime ou on n'aime pas. « Rapides et dangereux 6 » (version française de « Fast & Furious 6 ») doit arriver en salles le 24 mai et promet d'en mettre plein la vue aux admirateurs de la série.

Comme dans le bon vieux temps
 
L'agent Luke Hobbs (Dwayne Johnson, qu'on a pu voir récemment dans Coup musclé) du Diplomatic Security Service demande l'aide de Dominic Toretto (Vin Diesel) pour arrêter un groupe de criminels conduit par Owen Shaw (Luke Evans). S'il est mis à exécution, leur sinistre plan pourrait avoir des répercussions catastrophiques sur notre monde.
 
Au début réticent, l'homme fort accepte finalement de lui prêter main-forte lorsque Hobbs lui montre une photo de son ancienne petite amie, Letty Ortiz (Michelle Rodriguez). Elle n'est pas morte. Pis encore! Elle travaillerait avec l'ennemi!
 
Toretto rappelle donc les membres de son équipe, qui, depuis leur dernier coup, sont éparpillés aux quatre coins de la planète : Brian O'Conner (Paul Walker), Roman Pearce (Tyrese Gibson), Tej Parke (Chris Bridges) et Han Seoul-Oh (Sung Kang). Vont-ils réussir à stopper le vilain Shaw et son groupe à temps?
 
Des courses et de l'action du début à la fin
 
Il est évident qu'on ne va pas voir Rapides et dangereux 6 pour la solidité de son scénario ni pour la profondeur des personnages. On est ici pleinement dans une superproduction qui ne vise que le divertissement et qui s'assume. Comme on a pu le constater avec Star Trek vers les ténèbres, un film à gros budget n'est toutefois pas automatiquement synonyme de navet.
 
Mais qu'en est-il de ce sixième chapitre?
 
Si vous avez déjà vu l'un des films de la série (il n'est pas absolument obligatoire de tous les avoir vus pour bien comprendre l'intrigue), vous allez tout de suite reconnaître le style. Il y a des belles voitures, des courses époustouflantes et des jeunes femmes séduisantes. Rapides et dangereux 6 est quand même plus une œuvre de moteur qu'une œuvre de chair. En effet, peu de scènes nous présentent des charmantes demoiselles en petites tenues. L'accent est mis sur les véhicules et c'est tant mieux!
 
Pour faire un bon film de « chars », les courses doivent bénéficier d'une réalisation nerveuse et crédible pour qu'on y croie. Trop de films font l'erreur d'être trop rigides ou encore trop brouillons. Dans le premier cas, on ne sent rien, alors que dans l'autre, on ne voit rien. Dans ce cas-ci, la réalisation a été confiée à Justin Lin, qui, doit-on le rappeler, est un habitué des productions mettant en vedette des bagnoles qui roulent à plus de 200 km/h. Il a entre autres réalisé Fast Five et Fast & Furious.

Il est ici en pleine possession de ses moyens. On a l'impression d'être plongé au cœur de l'action. Par une réalisation dynamique qui n'a pas peur de prendre des risques, on arrive presque à sentir la vitesse et même l'adrénaline ressentie par les conducteurs. Il alterne habillement entre les plans, montrant les voitures qui roulent à vive allure, les plans rapprochés des pilotes et même des REPLACEs montrant le conducteur changer de vitesse.
 
Les courses en tant que telles sont variées. Elles se déroulent dans des villes, le jour, le soir, sur des autoroutes et même sur une piste d'atterrissage. Elles prennent souvent la forme de courses poursuites, même si on a droit à une course de rue incroyable. Le scénario a été fait de façon que plus on progresse dans le récit et plus les courses sont à couper le souffle. 

De la course, mais aussi du combat!
 
Mis à part les séquences de courses qui occupent la majorité du film de 2 h 08, on a droit, comme dans tout bon film d'action qui se respecte, à des scènes de combat. Les artisans de la production cinématographique ont voulu nous surprendre en montrant que nos héros ne sont pas si forts que cela et qu'ils ont affaire à des adversaires coriaces. Ils vont ainsi essuyer quelques défaites. Mais comme on le dit, il faut tomber pour mieux se relever!
 
Pour détendre l'atmosphère, le récit est envahi de dialogues humoristiques. Certains sont plutôt drôles et devraient sûrement faire rire les fans de la série.
 
Jusqu'ici, je me suis contenté de vous évoquer seulement les bons côtés du film. À croire qu'il serait parfait! Malheureusement, l'invraisemblance a été poussée un peu trop loin dans plusieurs scènes. On sait qu'on est dans un long métrage qui ne se prend pas au sérieux, mais certaines séquences, même si elles sont visuellement incroyables, sont tout simplement tirées par les cheveux. La scène finale est également beaucoup trop longue.
 
Verdict
 
Dans la plus pure tradition de la série, Rapides et dangereux 6 ne va pas déplaire aux amateurs de belles bagnoles et de testostérone. Les fans de la licence, de leur côté, seront heureux de retrouver la plupart des acteurs originaux. Malgré des scènes un peu trop invraisemblables et une fin interminable, le film vaut le déplacement. N'oubliez pas d'attacher votre ceinture!
 
Cote : 3,5 étoiles sur 5 

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph

Commentaires