Qui a dit que la musique électronique et la musique classique ne faisaient pas bon ménage ? En tout cas, Dj Champion et ses G-Strings et l'ensemble I Musici de Montréal ont prouvé, hier soir, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, que l'on pouvait mélanger sans problème deux styles totalement différents.

Une soirée en crescendo
 
Dj Champion est entré sur le devant de la scène, tandis que le grand rideau était encore baissé derrière lui. « Ça fait plaisir d'être ici », a-t-il indiqué à la foule, alors qu'il était éclairé que par un seul projecteur. Avant de commencer sa première pièce (la délicate Dead Before, qu'il a chantée seul avec sa guitare), il a déclaré qu'il allait essayer de jouer avec les moments doux et les silences.
 
Dans la plus grande partie de la soirée, c'est d'ailleurs ce qui s'est passé. On avait rarement vu un Dj Champion aussi calme. Toutefois, cela ne semble pas avoir dérangé la foule qui a été très attentive tout au long de la représentation. L'artiste a, par ailleurs, confié qu'il n'était pas sûr, avant le concert, du genre de public qu'il allait assister à son spectacle. Heureusement, selon ses dires, les spectateurs ont été « parfaits ».
 
Une foule en extase
 
De toute façon, ceux qui adorent bouger ont été comblés vers la fin de la soirée lorsque le charismatique chanteur Pilou des G-Strings a interprété Alive Again. C'est comme si tous les spectateurs s'étaient retenus jusqu'à ce moment précis. Tous, sans exception, se sont levés pour danser au rythme des mélodies du musicien. C'était beau à voir!
 
Tout au long de la soirée, il y a eu une belle chimie entre les musiciens de I Musici (sous la direction de Jean-Marie Zeitouni), Champion et les G-Strings. À ce propos, le chef de l'ensemble montréalais et le multi-instrumentiste se sont plusieurs fois serrés dans leurs bras. Visiblement, ils avaient beaucoup de respect l'un pour l'autre.
 
Il était également intéressant de voir le mélange de cordes et de musique électronique. Étonnamment, les violons, altos, violoncelles et contrebasses ne se faisaient pas « enterrer » par le reste des instruments. Félicitations au tromboniste et orchestrateur Jean-Nicolas Trottier pour son bon travail!
 
Un public jeune de coeur
 
L'âge moyen du public était inférieur à ce que j'ai pu voir dans les autres spectacles du Festival international de Jazz de Montréal. Par contre, il y avait aussi beaucoup de personnes plus âgées. Champion démontre que son style éclectique peut plaire à tous.
 
Du côté des pièces jouées, on a eu droit à l'ensemble des morceaux du dernier album de Dj Champion °1 comme 40 #@%&!, Dat Train, A Dog and a Goat, Requiem Dem, Je t'aime... (Bb) et Every New Now.
 
Bref, ce concert fait partie des plus mémorables de cette édition du Festival international de Jazz de Montréal et même de l'année, toutes catégories confondues. Bravo à tous les artistes!
 

Commentaires