Science

Fertiliser le phytoplancton : un projet des plus prometteurs pour sauver les océans, mais pas encore autorisé!

La fertilisation au sulfate de fer est la solution la plus prometteuse pour diminuer l'acidification des océans, fixer le CO2 provenant de la pollution et en même temps garnir le garde-manger qui nourrit plusieurs types de poissons dont les baleines et les saumons. Ce serait la solution aux problèmes d'acidification des océans, de décalcification des crustacés, de disparition des coraux etc., mais elle est présentement interdite de pratique par notre gouvernement canadien et l'Australie vient de demander qu'elle soit interdite partout dans le monde en ajoutant un amendement au protocole de Londres. Mais pourquoi donc et comment ça fonctionne? Lire plus...

L'endroit le plus chaud sur Terre avec 33 millions de degrés Celsius : un autre pas vers la fusion nucléaire

Dans un article précédent, je vous parlais de l'énergie nucléaire propre : la fusion nucléaire. Des millions de dollars ont été investis en Europe pour construire un centre d'essais, l'ITER, afin de démontrer la possibilité d'utiliser cette technologie. Parallèlement, d'autres équipes travaillent aussi à développer des façons d'atteindre la température critique de fusion visée pour le plasma, c'est-à-dire environ 150 millions de degrés Celsius. Celle qui semble la plus prometteuse serait l'utilisation d'un laser à rayons X bombardant une enceinte métallique dans laquelle se trouve un plasma en suspension électromagnétique. L'excitation des électrons de l'enceinte permet d'atteindre des températures de plasma aussi élevées que celles retrouvées à la surface du Soleil. Lire plus...

La fusion nucléaire : l'énergie nucléaire propre!

Il faudra un jour passer à autre chose que le pétrole et le charbon. L'énergie nucléaire telle qu'on l'a utilisée jusqu'à présent entraîne ses grands risques, mais surtout ses déchets. Y aurait-il une solution pour profiter de cette immense source d'énergie (E = MC2) sans polluer la planète ou risquer de la contaminer comme ce fut le cas déjà trop souvent? Que diriez-vous si cette énergie était tout à fait propre et sans conséquence pour l'environnement? Lire plus...

Exxon Mobil condamnée à payer 236 millions $ au New Hampshire pour dépolluer l'eau

En tentant de diminuer la pollution de l'air (réduction du smog), Exxon Mobil a plutôt contribué à polluer l'eau. La cause, un additif, le MTBE (méthyl-tert-butyléther) qui sert à mieux oxygéner l'essence à cause de l'atome d'oxygène qu'il contient. Malheureusement, puisque cet additif est soluble dans l'eau, 26 g/l (20 °C), il est entraîné loin de l'origine des fuites d'essence, dans les cours d'eau et nappes phréatiques. Lire plus...

Qui doit payer ? Partie 1 : L'analyse conceptuelle

Notre système économique contemporain se heurte à diverses crises sociales, écologiques et politiques. L'oignon que l'on pèle nous recentre continuellement sur de nouvelles problématiques, plus perverses les unes que les autres et souvent même imperceptibles. Cependant, la prédation progressive de notre système s'accompagne d'une transition paradigmatique fort intéressante ; le modèle néo-classique, qui avait rejeté les valeurs écologiques de son cadre d'analyse, se voit transiter vers une économie redéfinie, une économie de l'environnement. Or bon nombre de débats sociétaux déjà abordés, mais non résolus, marque ce début du XXIe siècle : Qui doit payer pour les dommages que l'homme impose à l'environnement ? Doit-on assurer des politiques à cet égard ? L'internalisation des coûts environnementaux est-elle une solution viable ? Penchons-nous de plus près sur ces questions. Lire plus...

La mort silencieuse

«L'écart entre les justifications données et les raisons véritables est creusé par des omissions, des semi-vérités, des mensonges, des simplifications et chacun sait bien, comme le dit l'adage, que la vérité est la première victime de la guerre.» - Normand Baillargeon Lire plus...

Ne touchez pas à mon ego!

Nous vivons dans l'espace d'un temps fort contradictoire. Nous sommes sensibilisés plus que jamais aux effets pernicieux des changements climatiques de notre époque, mais nous investissons toujours davantage dans les énergies sales. Nous sommes outrés de la guerre, mais nous en nourrissons chaque année à coût de milliard le système qui l'alimente. Nous voulons une société plus juste, plus équitable, mais nous sommes tous serviteurs de l'économisme moderne. Et nous continuons, aveuglément, à nourrir la main qui nous étrangle. Les grands perdants ? Vous et moi, mais bien plus encore ceux qui ne sont même pas nés… Lire plus...

Est-ce qu'un vrai Lex Luthor a fait son apparition?

L'homme d'affaires Russ George a largué plus d'une centaine de tonnes de sulfate de fer dans l'océan Pacifique, le but de cette action étant de stimuler la croissance de plancton et d'emprisonner du carbone atmosphérique au fond de l'océan. Le problème est que cette pratique contrevient à plusieurs traités internationaux, en plus d'avoir des impacts inconnus sur les écosystèmes marins. Lire plus...

À chacun son hybride!

À l’heure actuelle, votre vieux Barracuda 1970 doit consommer aux alentours de 20 litres d’essence par 100 km. Votre Accord 2006, peut-être 9-10 litres par 100 km. Une Echo? Disons 5-6 litres pa Lire plus...