BORNES ÉLECTRIQUES

La frontière entre les États-Unis et le Mexique s’étend sur 3200 kilomètres et est probablement l’une des mieux gardées, et l’une des plus traversées du monde, avec 3 millions de mouvements chaque année. Ce sont des travailleurs légaux, des touristes et également des passeurs illégaux qui la franchissent ou qui tentent de la franchir, chaque jour. Voici quelques faits intéressants que vous ne connaissiez peut-être pas sur cette frontière pourtant bien connue.

À LIRE AUSSI : 9 secrets que les hôtels ne voudraient pas que vous sachiez

Un mur de fer de 1200 kilomètres sépare les deux pays

Cela n’est évidemment pas suffisant pour couvrir toute la frontière, mais du moins une bonne partie, un peu comme la distance entre Québec et Washington. Le mur s’étend du Pacifique jusqu’au Golfe du Mexique et a coûté près de 6 milliards de dollars. Le mur n’est vraiment pas uniforme, d’un endroit à l’autre. À quelques endroits, il est composé de longues tiges de métal, distantes de plusieurs centimètres. C’est l’endroit préféré des trafiquants de drogues qui passent des paquets très minces de drogues à travers la muraille. À d’autres endroits, comme au Sud de San Diego, le mur est constitué d’immenses plaques de métal juxtaposées.

La traversée illégale est une véritable industrie pour les mexicains

On les appelle les passeurs et ils aident les mexicains à traverser illégalement les frontières, dans le rêve et l’espoir d’une vie meilleure, de l’autre côté. Les passeurs chargent en moyenne 5000$ américains pour faire passer les mexicains ou les centraméricains aux États-Unis. Altar, une petite ville au Nord-Ouest du Mexique, est la dernière étape avant de franchir la frontière. Cette ville est tout près  du désert de Sonora, endroit très fréquenté par les mexicains désirant traverser la frontière. À cet endroit, les commerces locaux font environ 80% de leur chiffre d’affaire grâce aux futurs citoyens illégaux. Ces commerces offrent entre autres des vêtements et des accessoires de camouflage, avec des bouteilles d’eau peintes en noir, des jumelles, des pantoufles fixables sur les souliers pour ne pas laisser de traces, etc.

Un mur qui se prolonge même jusque dans l’océan

Du côté du Pacifique, près de San Diego en Californie, le mur se prolonge et l’océan est ainsi clôturé sur une distance de 300 mètres, jusqu’à la côte. Ainsi, les immigrants illégaux devraient faire preuve d’ingéniosité pour passer aux États-Unis par la voie de l’eau.

De nombreux investissements pour protéger la frontière

Depuis les événements du 11 septembre 2001, le budget consacré à la sécurité transfrontalière a augmenté de 145%. Depuis environ 10 ans, 3 milliards de dollars ont été dépensés, simplement pour renforcer la surveillance de la frontière. On retrouve des senseurs électroniques qui repèrent chaque mouvement, des drones avec des caméras infrarouges pour détecter la chaleur humaine, des tours de contrôle, des patrouilles de jeep et des officiers... beaucoup d’officiers.

Mais les passeurs sont plus intelligents que toutes ces mesures de contrôle...

Lorsque l’idée de franchir le mur est trop difficile, les passeurs construisent des tunnels souterrains. Les policiers américains ont récemment découvert un tunnel de 600 mètres de long, qui servait au trafic de drogue et aux passeurs illégaux. Dans ces tunnels, qui relient le Mexique aux entrepôts de Californie ou du Texas, par exemple, passent des tonnes et des tonnes de marijuana et d’autres drogues synthétiques. L’herbe est empaquetée dans des briques de 20 à 25 kilos, qui et ensuite répartie sur le territoire américain. D’ailleurs, plus de 90% de la drogue qui se trouve aux États-Unis provient du Mexique.

Et ces passeurs, ils sont en majorité Américains

Sur les 40 000 dernières saisies de drogues et arrestations, 4 personnes arrêtées sur 5 étaient de nationalité américaine. Les Américains sont recrutés par les trafiquants puisqu’ils sont moins suspects que les Mexicains, lorsqu’ils passent la frontière.

Des enfants tentent aussi de traverser, sans même leur famille

Plusieurs enfants tentent d’entrer aux États-Unis, sans même la présence de leur famille. Ils proviennent du Mexique, mais également des pays de l’Amérique Centrale comme le Honduras, le Guatemala ou le Salvador. Plus de 50 000 enfants du Sud ont été interpellés, sans leur famille, en 2013. Ce petit garçon, Alejandro, a 8 ans et il a donné au garde-frontière la seule chose qu’il a amenée avec lui : son certificat de naissance.

Environ 1500 clandestins par jour, au Texas seulement

Le compté de Brooks, qui est l’un des plus pauvres du Texas, est l’un des endroits les plus utilisés par les trafiquants de drogues et les immigrants clandestins. Près de 1500 personnes y passent chaque jour.

Et plusieurs morts...

En 20 ans, plus de 10 000 mexicains désirant passer secrètement la frontière sont morts. Morts dans le long périple dans le désert ou encore morts sous les projectiles des policiers américains. Chaque année, les autorités retrouvent plusieurs cadavres dans les déserts d’Arizona ou du Texas, des cadavres de mexicains qui ont réussi à passer la frontière mais qui n’ont pas survécu dans le désert aride. 

410 000

C’est le nombre d’immigrants illégaux qui ont été arrêtés et déportés, depuis 2012 seulement (et ce chiffre date déjà de 5 mois). Avant d'être déportés, ils sont placés sous surveillance dans des genres de prisons locales, aux États-Unis.

18 616

C’est le nombre de garde-frontières qui sont stationnés, 24 heures sur 24, tout au long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

8 endroits parmi les plus secrets et les mieux gardés sur terre

Source(s) image(s):
Frontière Mexique, via Shutterstock

Commentaires