BORNES ÉLECTRIQUES

Après avoir dédié mon dernier article de 2016 à l’alcool, je me suis dit que ce serait bien de poursuivre dans la même veine et d’entamer la nouvelle année en discutant d’une autre mauvaise habitude dont plusieurs ont de la difficulté à se débarrasser : le tabagisme. Et c’est d’autant plus opportun étant donné que cette semaine est La semaine pour un Québec sans tabac 2017.

À LIRE AUSSI : Noel + Jour de l’an = Alcool… mais pourquoi donc?

Le tabac tue présentement un fumeur sur deux et le cancer du poumon causé par le tabagisme a tué 14 personnes par jour l’an dernier! En 2016, selon le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS), plus de 5 000 Québécois sont morts d'un cancer du poumon causé par le tabagisme soit environ de 14 personnes par jour! Vous pouvez lire l’article complet du Conseil  Québécois sur le tabac et la santé publié cette semaine dans Le Réseau Information Municipale du Québec.

Si c’est inquiétant, ce n’est toutefois pas surprenant car c’est aussi prévisible qu’inévitable que de graves problèmes de santé surgiront plus tard dans la vie de toute personne qui fume. Personnellement, je ne comprends pas pourquoi il y a encore des gens qui commencent à fumer à notre époque car non seulement ils ne peuvent plus sortir l’excuse de ne pas savoir que c’était nocif avant de commencer mais ils ne peuvent même pas se défendre en disant que fumer leur confère un quelconque avantage social. En effet fumer n’est plus du tout « à la mode » comme c’était le cas au vingtième siècle et nous vivons au plutôt une ère où les fumeurs sont de plus en plus pointés du doigt et contraints de respecter une multitude de règles. J’ai déjà écrit sur le sujet en 2014 dans mon article intitulé Pour un être qui se dit intelligent l’humain n’apprend pas très vite, mais comme celui-ci semble toujours d’actualité j’ai décidé d’y revenir avec d’autres éléments que je n’avais pas abordé dans cet article.

Si vous fumez, vous avez certainement des gens autour de vous  qui vous ont déjà demandé pourquoi vous n’arrêtiez pas. Peut-être que l’idée vous a déjà traversé l’esprit mais que vous ne savez pas par où commencer. Peut-être que vous ne vous sentez tout simplement pas capables d’y arriver ou que vous avez fait quelques tentatives ratées. Peut-être même que vous avez essayé mais que vos échecs ont réussi à vous convaincre que c’était impossible ou que ça ne servait à rien de toute façon…

Peu importe la situation dans laquelle vous vous trouvez, je suis persuadé d’une chose c’est que vous savez que vous seriez plus sain si vous ne fumiez pas. Tout le monde est au courant des effets nocifs du tabagisme. Pourtant, les gens s’entêtent à continuer (et à débuter!) malgré les campagnes de sensibilisation avec toutes ces annonces et mises en garde montrant ce que le tabagisme fait à votre corps dans l’espoir de vous faire peur. Il faut se rendre à l’évidence; avec le tabac tout comme avec l’alcool, utiliser la peur donne peu de résultats concluants car le manque d’information n’est pas la source du problème. Mais juste pour ce que faire l’exercice peut avoir comme effet, et parce que vous risquez d’être surpris d’apprendre certaines choses que le tabac fait à votre corps, faisons un bref récapitulatif :

Les poumons

Le cancer du poumon est lié au tabagisme à 90% du temps! C’est d’ailleurs la principale cause de décès par cancer chez les hommes et les femmes. Fumer rend également beaucoup d'autres cancers plus susceptibles de se développer dont ceux de la bouche, des reins, du foie, de la vessie, du pancréas, de l'estomac, du côlon et du rectum. Et évidemment la fumée (même secondaire) est une cause majeure dans le développement des MPOC (maladies pulmonaires obstructives chroniques).

Le cœur

Le tabagisme joue aussi un rôle majeur dans le développement de maladies cardiaques. Il durcit et rétrécit vos artères et augmente les risques de caillots sanguins et de crise cardiaque.

Le cerveau

Si vous fumez, vous êtes plus de 3 fois plus susceptibles d'avoir un accident vasculaire cérébral (AVC). Un caillot de sang dans le cerveau peut causer plusieurs problèmes graves dont la paralysie faciale, la vision floue, la difficulté (voire l’incapacité) à marcher et bien sûr la mort. Vous êtes également plus susceptible d'avoir une pression artérielle élevée ce qui peut conduire à un anévrisme cérébral.

Les articulations

Les fumeurs sont plus susceptibles de souffrir de polyarthrite rhumatoïde et comme si ce n’était pas suffisant les médicaments pour traiter l’arthrite ne fonctionnent moins bien sur les fumeurs (sans que les chercheurs ne savent exactement pourquoi encore).

La peau

C’est bien connu, fumer accélère le processus de vieillissement de la peau. Ces dommages ne sont pas réversibles et peuvent engendrer de nombreuses maladies de la peau en plus du cancer.

Les yeux

Fumer vous rend aussi deux fois plus susceptibles d'avoir une dégénérescence maculaire, une affection oculaire qui détruit la vision centrale (que vous devez particulièrement utiliser pour lire et écrire). Vous êtes également trois fois plus susceptibles de développer des cataractes (qui causent une vision floue).

Les organes génitaux

Et oui, les fumeurs sont plus susceptibles de souffrir de dysfonction érectile! Et le pire c’est que plus vous fumez et plus le problème risque de faire surface. Les hommes qui fument sont également plus susceptibles de développer le cancer du testicule  et les fumeuses plus susceptibles de développer celui du col de l'utérus.

Les gencives

Fumer rend les gencives tendres et saignantes en plus de rendre la mastication douloureuse. À cela s’ajoutent la mauvaise haleine et les affections des gencives qui causent la perte dentaire. Encore une fois, plus vous fumez et plus les risques sont élevés.

Le système digestif

Les ulcères, la maladie de Crohn, les polypes du côlon, la pancréatite (inflammation du pancréas) et le cancer du pancréas sont toutes des conditions liées à la digestion que vous êtes plus susceptibles de développer si vous fumez. Vous êtes par ailleurs plus susceptibles de souffrir du diabète de type 2 qui est en lien avec le foie et le pancréas.

C’est incroyable non la quantité de choses que le tabac fait au corps humain. Mais ce qui est encore plus incroyable c’est que les gens paient volontairement pour avoir ces choses, comme si ils se magasinaient des maladies. En fait, fumer c’est un peu comme passer au guichet des maladies : « je vais prendre un trio cancer avec AVC et poumons noirs pour emporter s’il-vous-plaît… ha oui et mettez-moi des doigts jaunes avec ça! », « Oui monsieur, ça fera 15 000$ et vous pourrez passer prendre votre commande dans quelques années, merci de magasiner chez nous! ». Comme le McDo, les gens savent que ce n’est pas bon pour la santé mais ils y vont quand même et une fois qu’ils sont tombés dans le panneau ils sont accrocs…

Peu importe l’habitude de vie que vous tentez de changer, ce ne sera jamais chose facile. Comme je l’expliquais dans mon article traitant de l’alcool, la motivation à changer une habitude de vie (quelle qu’elle soit) doit être intrinsèque et être en accord avec ses valeurs profondes. Il faut se poser des questions afin de réaliser certaines choses et vous risquez fort  de faire des découvertes intéressantes sur vous-mêmes (ex : carences) ou de devoir rouvrir certaines blessures qui ont été mal pansées pour de leur permettre enfin de guérir correctement. Quoi qu’il en soit, vous aurez à mettre le doigt sur ce quelque chose qui vous pousse à adopter cette mauvaise habitude afin de mettre la main sur ce qui peut vous pousser à changer votre situation! Il faut comprendre qu’on ne peut pas remplacer une dépendance par une autre et espérer s’en tirer sans avoir d’autres problèmes.

Cela dit, il y a tout de même plusieurs éléments qui pourraient vous aider à passer à l’acte ou au moins vous servir de motivation supplémentaire :

L’argent

L’une des premières choses que les gens qui arrêtent de fumer remarquent est l’argent qu’ils économisent soudainement. Ces dépenses représentent des milliers de dollars par an et on ne parle même pas encore ici des économies de coûts qui auraient été liés aux troubles de santé développés dans le futur que vous n’aurez pas à débourser.

Se sentir mieux et apprécier davantage

Votre maison, vos vêtements et votre voiture n'auront plus cette odeur que tout le monde autour sent, sauf vous. Votre propre sens de l'odorat ainsi que le goût reprendront du mieux car fumer abîme les sens. Ainsi, tout aura un meilleur goût une fois que vous aurez arrêté!

Une peau plus belle

Fumer conduit à des changements biochimiques dans le corps qui accélèrent le processus de vieillissement. Une caractéristique du fumeur est l’épaisseur, la texture et la coloration de la peau, particulièrement du visage et des mains (ce qu’on voit en premier même habillé). Les rides du visage, surtout autour de la bouche, deviennent aussi très marquées à cause de l’action répétée d’inhalation. Plus vous arrêterez tôt et plus vous minimiserez les dommages.

Moins de pression et une meilleure vie sociale

Vous ne vous sentirez plus embarrassé de devoir vous retirer ou sortir pour fumer. Si vous êtes célibataire, vous devriez aussi considérer le fait que de nos jours fumer représente une limite dans vos options romantiques et que cela peut aller jusqu’à affecter vos chances d’impressionner votre nouvelle conquête lorsque le moment sera venu de passer à l’action au lit. Rappelez-vous que le tabac est lié aux problèmes d'érection parce qu'il affecte les vaisseaux sanguins.

Moins d'infections

Le tabagisme vous rend également plus vulnérable à la grippe et au rhume. Un des effets toxiques de la fumée de cigarette est qu'il paralyse les cils qui tapissent les voies respiratoires et sont censés servir de protection. C'est en partie pourquoi les fumeurs tombent plus souvent malades. Heureusement, après quelques semaines d’arrêt votre corps commencera déjà à refaire son système de protection et vous pourrez bénéficier d’une meilleure santé!

Une meilleure condition physique

Les choses les plus simples, comme monter un escalier, deviendront plus faciles. Vous pourrez aussi commencer ou reprendre certaines activités physiques. Au fil du temps, vos poumons et votre cœur reprendront du mieux et vous permettront d’atteindre de nouveaux sommets à tous les niveaux!

Il y a aussi certaines choses que vous pouvez faire pendant votre parcours pour vous aider à garder le cap et minimiser les risques de rechutes :

Évitez l'alcool

Boire est l'une des choses les plus communes qui incite les gens à fumer. En plus d’être étroitement liée au tabac en tant qu’habitude, l’alcool affecte l’attention et le raisonnement ce qui inévitablement mettra è rude épreuve votre bonne volonté.

Limitez la caféine

La caféine aide certaines personnes à débuter leur journée ou à rester alertes lorsqu’elles sont fatiguées. Cependant la caféine peu aussi augmenter la nervosité, la tension musculaire et le stress et rompre avec la nicotine peut stimuler ces effets ce qui n’est pas nécessairement un bon mélange. Si la caféine vous rend nerveux, anxieux ou que votre habitude de prendre un café est psychologiquement liée à fumer vous auriez avantage à vous en passer.

Créez et entretenez un environnement favorable

Entourez-vous de gens qui partagent les valeurs que vous recherchez (qui ne fument pas) et fréquentez des lieux non-fumeurs. Tenez-vous loin de ce qui pourrait être rattaché d’une certaine façon à votre ancienne habitude.

Rappelez-vous pourquoi vous avez pris la décision de changer

Peu importe ce qui vous motive intérieurement, sachez vous rappeler ce qui vous pousse à changer. S’il le faut, écrivez et gardez à vue la liste des raisons qui vous ont motivé à arrêter.

Soyez actif

L'exercice est un puissant exutoire et permet de se défouler ou de  se distraire tout en améliorant sa condition physique. Lorsque vous êtes actif votre corps sécrète des produits chimiques naturels qui « boostent » l’humeur et diminue le stress. La marche est l'une des options les plus simples. Réservez-vous du temps pour être actif un peu tous les jours surtout dans les premiers mois après avoir cessé de fumer.

Cherchez du support

Choisissez une personne qui peut être là pour vous lorsque vous en aurez de besoin. Que cette personne ait fumé ou non l’important est que ce soit quelqu’un qui se soucie de vous et qui partage les valeurs et les objectifs auxquels vous aspirez.

Fuyez le négatif

Les émotions négatives, le stress, la colère et la frustration risquent de vous pousser vers vos habitudes de réconfort. Vous serez même fort probablement plus irritable ou susceptible lorsque vous tenterez de vous débarrasser de votre « échappatoire » usuel en moment de crise donc essayez de mettre toutes les chances de votre côté en vous tenant à l’écart des irritants. Analysez votre environnement et identifiez les facteurs de stress existants ou potentiels afin de mettre en œuvre un plan d’action efficace.

Acceptez la réalité

Nous avons tous nos blessures et nos faiblesses. Tout le monde a le droit à l’erreur et nous tombons tous un jour ou l’autre au cours de notre vie. C’est aussi inévitable que prévisible et il faut être en mesure de l’accepter. Ce qui compte c’est d’apprendre de nos expériences en se relevant et en faisant des choix plus éclairés à mesure que nous évoluons.

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Pour un être qui se dit intelligent, l’humain n’apprend pas très vite

Source(s) image(s):
Hand crushing cigarettes

Commentaires