Voilà déjà deux décennies que les Canadiens de Montréal tentent de dénicher un joueur de centre clairement identifié comme un membre d’un premier trio digne de la LNH. Le repêchage, le développement, la patience, les transactions et les vœux pieux ont jusqu’à maintenant échoué…

À LIRE AUSSI : LES 2 VOLS RÉALISÉS PAR LE CANADIEN AU REPÊCHAGE 2017 | DES QUÉBÉCOIS INVITÉS AU CAMP DE DÉVELOPPEMENT

Marc Bergevin a réglé certains dossiers prioritaires depuis le début de la présente saison morte dans le hockey. L’acquisition de Jonathan Drouin, la signature de Karl Alzner et la prolongation de contrat octroyée à Carey  Price ont rempli des besoins criants et assuré une stabilité à l’organisation.

Toutefois, le manque de talent au centre demeure une lacune importante pour le club montréalais. Sans un bon pivot pour lui refiler la rondelle en zone payante, même un buteur de premier plan aura des difficultés à se faire valoir!

Galchenyuk ou Drouin avec Pacioretty, une question rassurante

Certains observateurs sont confiants de voir Jonathan Drouin récolter entre 55 et 60 points au cours de la prochaine campagne.

Or, s’il évolue au centre d’une unité complétée par Max Pacioretty, le total pourrait facilement être plus élevé! Après tout, David Desharnais a déjà revendiqué 60 points en pivotant un trio avec l’actuel capitaine du Tricolore…

Et nul ne doute que Drouin possède davantage de qualités athlétiques et de talent que l’ancien numéro 51!

Drouin vient de conclure le calendrier 2016-2017 avec 53 points, dont 21 filets, avec le Lightning de Tampa Bay. Si Pacioretty se retrouvait à sa gauche, le jeune Québécois de 22 ans pourrait bien doubler sa production au niveau des passes en 2017-2018.

Quant à Alex Galchenyuk, malgré les critiques à son endroit, il semble être en mesure de maintenir une production avoisinant les 50 points, et ce peu importe son utilisation.

Après maintes expériences l’hiver dernier, son retour au centre pourrait régler les problèmes au sein de l’alignement de Claude Julien. Son transfert de l’aile vers un poste au centre qui s’est soldé par sa présence au sein de la quatrième unité a amplifié les soucis de l’entraîneur bien plus qu’il ne les a dissouts.

Danault et Plekanec dans des rôles de soutien

Dans un cas comme dans l’autre, Phillip Danault serait muté au second trio, un siège qui lui conviendrait  assurément bien mieux que celui de centre #1.

Ce dernier remplissant le rôle occupé depuis quelques années par le vieillissant Tomas Plekanec, le Tchèque pourrait alors passer moins de temps sur la glace, tout en conservant ses responsabilités défensives, la part de son travail dont il s’acquitte le mieux.

Plekanec est évidemment sur la pente descendante à 34 ans, sa dernière campagne a été marquée par une baisse de 50% de sa production offensive, attribuable en partie `la qualité discutable de certains de ses partenaires de trio au cours de la saison.

Il semble destiné à jouer avec le jeune en plein développement Arturri Lehkonen et le nouveau venu, le vétéran Ales Hemsky. La stabilité, ainsi que des coéquipiers qui complètent bien son style de jeu devraient aider Plekanec a contribué davantage sur la feuille de pointage.

Une offre hostile à Leon Draisaitl?

À défaut de posséder des éléments au sein de la formation actuelle ou du club-école qui pourraient gonfler les rangs au centre pour le CH, la possibilité – déjà évoquée dans un texte précédent  – de faire une offre hostile à Leon Draisaitl demeure une solution potentielle pour le directeur général.

Draisaitl, le troisième choix du repêchage de la LNH de 2014, représente le fameux centre #1 tant recherché par le Tricolore! L’Allemand de 6 pieds 1 pouce et 214 livres revendique au total de 176 points lors de ses 154 derniers matchs, soit ses deux saisons complètes dans la LNH. Il s’agit d’une moyenne de 1,14 point par rencontre, l’une des meilleures du circuit! 

Bien sûr, il en coûterait cher à Bergevin pour l’arracher u giron des Oilers d’Edmonton, qui pourraient égaler l’entente offerte par le Tricolore.

Montréal dispose présentement de 9 162 023 dollars sous le plafond salarial, selon le site CapFriendly.com, un montant qui serait par contre suffisant pour entrer en guerre avec le club albertain.

Si Bergevin parvenait à s’entendre avec Draisaitl, l’organisation montréalaise devrait offrir une compensation aux Oilers basée sur le salaire annuel consenti au joueur.

Avec un pacte entre 5,8M$ et 7,8M$, il s’agirait de trois choix de repêchage, soit un de premier tour, un choix de deuxième et un choix de troisième.

Pour un salaire supérieur à 7,9M$ par année, ce serait deux choix de premier tour, toujours accompagné d’un second et d’un troisième.

Une transaction avec les Sabres pour obtenir Sam Reinhart ?

Un autre jeune centre issu de l’encan amateur de 2014 pourrait s’amener à Montréal, celui-ci par voie de transaction.

Sam Reinhart, sélectionné devant Draisaitl au second rang, devrait quitter au cours des prochains mois.

À 21 ans, le centre naturel est utilisé à l’aile en raison de la présence de  Jack Eichel et Ryan O’Reilly devant lui dans l’organigramme des Sabres.

Reinhart mesure 6 pieds 1pouce et pèse 193 livres, il a récolté 47 points en 79 rencontres à sa seconde campagne dans la LNH, il touchera un salaire annuel de seulement 832 500$ en 2017-2018, tout en pouvant obtenir  des bonis de performance de 2,65M$.

Pour mettre la main sur lui, Bergevin devrait malheureusement puiser dans sa banque d’espoirs et céder une haute sélection de repêchage à son homologue.

Stéphane Da Costa, un plan C ?

Selon le site français L’Équipe, un média bien informé au sujet du hockey, le Canadien aurait démontré un intérêt pour Stéphane Da Costa.

À 28 ans, le centre a connu beaucoup de succès dans la KHL où il a récolté 96 points en 94 matchs. Avant de quitter vers la Russie, il avait ramassé 58 points en 56 matchs avec le club-école des Sénateurs d’Ottawa, mais il avait failli dans son adaptation à la LNH, amassant seulement 11 points en 47 matchs.

Il pourrait s’avérer un complément au Tricolore, mais pas la solution au poste de premier centre, loin de là!

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci : 

LA SAISON 2016-2017 DES CANADIENS : UN SUCCÈS, SAUF SUR LA GLACE

Source(s) image(s):
TVA Sports

Commentaires