En cette semaine où est intervenu l'équinoxe d'automne, cette journée de l'année où la durée entre le jour et la nuit est égale, il est aussi question d'une voiture nommée Solstice. Le solstice se produit deux fois par année, en décembre et en juin, pour marquer respectivement les journées les plus courtes et les plus longues en matière de lumière du jour.

À LIRE AUSSI : CITROËN AMI 6 : ELLE EST LAIDE, MAIS J'EN VEUX UNE!

Et ironiquement, la Pontiac Solstice Coupe, la dernière création de la division, a connu la plus courte des carrières.

Tout ça se passait en 2009. La division fermait boutique au moment où elle introduisait ce nouveau modèle qui était en fait une version à toit dur de la variante décapotable qui était sur le marché depuis 2005.

Cette variante, comme la Solstice décapotable, aurait pu sauver Pontiac de la catastrophe. Malheureusement, à l'instar de ce que proposait la division à ce moment-là, le produit était de très piètre qualité.

Si l'allure extérieure était fort prometteuse, on déchantait rapidement en montant à bord. Imaginez le jour où vous réalisez que la fille de vos rêves (ou l'homme de vos fantasmes, mesdames) n'a aucun point en commun avec vous. Aucun. La relation ne peut durer.

À bord donc, la présentation était à mourir... d'ennui. La qualité des matériaux était mauvaise, la finition atroce, l'ergonomie à faire rager. Je me souviens qu'un véhicule que j'avais mis à l'essai (une décapotable) craquait de partout. Je me rappelle également que pour atteindre le commutateur responsable de l'ouverture et de la fermeture des vitres électriques, il fallait se contorsionner. En fait, c'était plus simple d'y aller avec le coude. Une farce Quant aux sièges, ils étaient d'un inconfort notoire et n’offraient pas d'appuis.

Au niveau du rangement, c'était nul. Pas d'endroit pour déposer un téléphone cellulaire, ni même déposer notre menue monnaie.

Lorsqu'on ajustait le volant, dans bien des cas, on ne voyait plus une partie de l'instrumentation.

Sur la route, ce n'était rien de rassurant non plus. La voiture n'offrait pas une stabilité exemplaire et on se faisait brasser allègrement sur nos routes. Pire, sur un circuit, l'équilibre... En fait, quel équilibre ?

Et comme si ce n'était pas assez, les enquêtes de fiabilité du réputé magazine Consumer Reports allaient s'avérer fatales pour la réputation du modèle.

Si jamais vous vous demandez pourquoi la division Pontiac a disparu, voilà qui vous donne un aperçu.

L'ironie là-dedans, c'est qu'en raison d'une production relativement limitée, soit environ 65 000 versions, dont quelque 1200 modèles coupés, la voiture va devenir un item de collection.

Elle sera mieux utilisée en étant laissée garée pour être admirée qu'utilisée sur la route.

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

GMC TERRAIN 2018 : MÉTAMORPHOSÉ

Source(s) image(s):
Pontiac

Commentaires