Doit-on être masochiste pour vouloir plonger encore et encore dans un jeu de From Software, là où la mort nous attend à chaque détour. Les jeux du studio ont beau être ridiculement difficiles, ils n'en demeurent pas moins extrêmement populaires, comme si on voulait et aimait être défiés par eux. Sekiro: Shadows Die Twice n'y fait pas exception et il est passé bien près de devenir mon aventure préféré issue du studio japonais !

À LIRE AUSSI: TEST DU JEU BLOODBORNE: RÉPANDRE LE SANG AVEC PLAISIR!

 

Disponible sur: PlayStation 4, Xbox One, PC

 

Le shinobi en quête de rédemption

Sekiro: Shadows Die Twice vous place dans la peau de Loup, un guerrier shinobi déchu ayant perdu la mémoire et devant se contenter de vivre dans les égouts. Or, un jour, une voix le ramène à la réalité. Cet écho provient de nul autre que son maître, celui envers qui il a juré fidélité, quitte à sacrifier sa propre vie. Loup renouera ainsi avec l'enfant divin désirant plus que tout retrouver sa liberté. Or, cette dernière ne s'acquerra pas facilement et Loup devra confronter les plus grands dangers de sa vie afin d'espérer secourir cet enfant spécial et retrouver les souvenirs que sa mémoire tente d'oublier.

Tout au long de mon aventure dans Sekiro, j'ai eu l'impression de me retrouver devant un merveilleux conte japonais. En fait, étrangement, j'ai cru revoir un film comme Tigre et Dragon, avec ses personnages fantastiques aux capacités surhumaines. Même si Loup est un personnage brisé par la vie, on s'y attache et on désire réellement pousser notre aventure jusqu'au bout afin de non seulement secourir l'enfant divin, mais aussi faire face à ses ennemis diaboliques ayant leur personnalité propre. Que vous décidiez d'y jouer en japonais ou encore dans une autre langue (incluant le français), l'histoire de Loup risque de vous intéresser pas mal plus que vous ne l'auriez imaginé !

 

Encore un beau mystère de From Software !

J'ai toujours trouvé que les jeux de From Software étaient étrangement fascinants. Leur structure est très spéciale et ce ne sont généralement pas les plus beaux jeux disponibles. C'est un peu le même constat que j'ai eu avec Sekiro. Ce dernier a une structure non-linéaire faisant en sorte qu'on peut se promener librement dans les niveaux jusqu'à rencontrer des murs invisibles, quitte à manquer bien des éléments la première fois qu'on s'y aventure. Et même si le jeu est joli, on a vu bien mieux au cours des dernières années.

Par ailleurs, si vous êtes un adepte des jeux de From Software, vous savez que ce sont des jeux sadiques dans lesquels la mort règne en maître. Donc, eh oui, attendez-vous à mourir très souvent dans Sekiro. À l'image des Dark Souls et de Bloodborne, les ennemis frappent extrêmement fort tandis que vos coups n'auront définitivement pas la même puissance. De ce fait, tout comme dans les autres jeux du studio, le but est d'apprendre à maîtriser le système de combat et à frapper en évitant d'être soi-même atteint par les coups foudroyants de ses ennemis. C'est difficile, très difficile même (en particulier contre certains boss impitoyables bougeant très rapidement), mais une fois qu'on arrive à surmonter un obstacle ou à battre un adversaire qu'on croyait impossible, la satisfaction que l'on ressent est indescriptible !

 

 

Sekiro n'est pas Dark Souls

Au sein des Dark Souls et de Bloodborne, on pouvait non seulement récolter différents types d'armes et d'armures, mais aussi gagner de l'expérience afin d'accentuer le niveau de son personnage. De plus, il fallait constamment surveiller sa jauge d'endurance sous peine de ne plus pouvoir faire d'action. Sekiro supprime ces éléments, créant ainsi un jeu assez surprenant de la part de From Software.

Ainsi, non seulement il n'y a plus d'endurance, mais Loup n'aura qu'une seule arme tout au long de son aventure, à savoir son katana tranchant. Lors des combats, votre but sera de déstabiliser votre adversaire afin qu'il soit hors d'équilibre. Ce faisant, vous le rendrez vulnérable à une attaque qui pourra le tuer d'un seul coup. Ainsi, le défi de Sekiro se retrouve dans l'équilibre entre la défensive et l'offensive. Certains adversaires seront plus vulnérables aux coups de katana tandis que pour d'autres, vous devrez plutôt bloquer leurs coups pour les mettre hors d'équilibre et ensuite les frapper pour les tuer d'un seul coup.

C'est un nouveau système auquel il faut s'habituer et qui, bien franchement, m'a énormément plu. Certes, particulièrement contre les boss, on peut encore utiliser la vieille tactique d'exploitation des Dark Souls consistant à prendre de la distance avec son adversaire et à tourner autour de lui pour le frapper dans le dos, mais ça ne fonctionnera pas tout le temps. Sekiro vous encourage réellement à maîtriser son système de combat et à autant attaquer que contrer les ennemis avec votre katana. Lorsqu'on y parvient, c'est tout bonnement jouissif que de se sentir comme un shinobi et de massacrer nos ennemis en les frappant ainsi qu'en bloquant successivement leurs attaques. À force de jouer, oui, je continuais à mourir, mais je me sentais de plus en plus comme un vrai ninja. Et ce sentiment, aucun Dark Souls ne me l'a procuré !

D'autre part, oui, on peut encore acquérir de l'expérience. Or, plutôt que de s'en servir pour monter de niveau, vous utiliserez votre expérience afin d'obtenir des compétences. Ces dernières se diviseront en plusieurs catégories au fil de votre aventure et vous octroieront différents bonis, dont une meilleure santé, de nouvelles techniques de parade (très utiles selon les circonstances d'ailleurs), plus de points pour utiliser des gadgets, etc. Loup s'améliore ainsi différemment que les héros des autres jeux de From Software, mais vous en retirerez tout même des bénéfices qui ne seront pas négligeables.

 

Un ninja qui peut être dans l'ombre

Qui dit être un shinobi dit aussi agir dans la discrétion. Contrairement aux autres jeux de From Software, Sekiro vous permet d'utiliser la furtivité. Vous pourrez ainsi vous accrocher à des points d'ancrage et attaquer par les toits ou encore vous cacher dans les herbes hautes. Ce faisant, vous pourrez éliminer d'un seul coup les ennemis plus faibles ou bien carrément enlever une barre de vitalité à certains mini-boss se retrouvant dans les environnements.

Ce système de furtivité fait également en sorte que jamais un jeu de From Software n'a permis une aussi grande liberté d'action. Ni dans les Dark Souls ni dans Bloodborne ai-je eu l'impression de contrôler un personnage avec autant de fluidité. Les différentes mécaniques de Sekiro font en sorte qu'on peut réellement explorer les environnements et tenter de trouver comment éliminer d'un coup des adversaires en se faufilant derrière eux. Je vous garantis qu'il y a plus d'une façon, plus d'un chemin pour parvenir à vos fins et que c'est en rejouant encore et encore au jeu que vous découvrirez non seulement toute sa beauté, mais aussi toute sa profondeur.

Ceci dit, en plus de son katana, Loup acquerra des armes secondaires au fil de son aventure. Ainsi, vous pourrez notamment l'équiper d'une hache fracassant les boucliers, de shurikens et même de pétards japonais qui aveugleront momentanément vos ennemis. Chaque arme secondaire ne peut être utilisé qu'un certain nombre de fois et a un avantage sur certains adversaires. Tout comme vous devrez utiliser la défensive et l'offensive lorsque vous combattrez au katana, ce sera à vous de déterminer quels seront vos gadgets qui seront les plus efficaces selon les situations auxquelles vous ferez face !

 

Trop facile ou difficile ?

Depuis la parution de Sekiro, j'ai vu un débat à savoir si le jeu était plus facile que les Dark Souls ou encore s'il était tout simplement trop difficile. La réponse à cette question est: ça dépend. Plus précisément, ça dépend de votre expérience avec les jeux de From Software ou des titres que l'on qualifie de Souls-like.

Si vous êtes un habitué des Dark Souls et de leurs dérivés, alors oui, Sekiro vous apparaîtra peut-être plus facile que d'autres jeux de ce genre. Ne vous méprenez pas, le jeu est très difficile, mais pour un habitué du genre, il trouvera aussi qu'il pardonne plus. En outre, le titre du jeu reflète le fait que Loup pourra ressusciter grâce à un pouvoir de l'enfant divin que vous obtiendrez en début d'aventure. Donc, même si vous mourez une fois, vous aurez une autre chance pour continuer à avancer sans devoir recommencer au dernier point de sauvegarde et potentiellement perdre tout votre or ainsi que votre expérience. À noter qu'encore là, vous pourrez recevoir de l'aide divine qui conservera ces éléments même si vous mourez, la probabilité de recevoir cette aide diminuant si vous périssez trop souvent.

Pour les non-habitués, Sekiro vous apparaîtra sans surprise comme un jeu très, très ardu. Or, parce qu'il s'agit aussi du jeu de From Software le plus accessible à ce jour, je ne crois pas que vous ragerez autant qu'avec les autres jeux du studio. Sekiro peut être enrageant, mais sa beauté réside dans le fait d'apprendre de nos erreurs pour devenir meilleur. De plus, le jeu ne vous apprendra que ses bases de sorte que, comme je le disais plus haut, c'est en y retournant que vous découvrirez probablement de nouveaux éléments qui modifieront comment vous aborderez les défis vous attendant. Tout cela pour dire que si vous n'êtes pas un habitué des Souls-like, Sekiro vaut quand même le détour et vous apprendra comment devenir meilleur, même si la leçon sera difficile !

 

Devriez-vous y jouer ?

Comme je le disais plus haut, Sekiro est un autre produit étrange de From Software. Le jeu est difficile, possède une structure assez particulière et n'est pas le plus abouti techniquement. Pourtant, même si on meurt encore et encore, on désire surmonter ses défis et on se rend graduellement compte que tout cela est une leçon que l'on apprend à la dure pour devenir un meilleur joueur. Qui plus est, Sekiro étant le jeu de From Software avec la plus grande liberté d'action, voir des vidéos de joueurs maîtrisant ses mécaniques et capables d'attaquer et de dévier une successions de coups ennemis est tout bonnement magnifique !

Même si Bloodborne demeure mon jeu préféré de From Software, Sekiro est passé bien près de le détrôner tant, dans le genre, il comble et même surpasse les attentes que l'on avait !

 

Ce que vous aimerez:

- Les nouvelles mécaniques introduites par From Software au genre des Souls-like

- La possibilité d'utiliser la furtivité

- La fluidité d'action inégalée jusqu'à présent dans un jeu de From Software

Ce que vous n'aimerez pas:

- La caméra peut avoir du mal à suivre l'action, particulièrement lorsque les ennemis bougent très rapidement

- Le jeu est difficile et pourrait vous décourager, surtout si vous ne connaissez pas les Souls-like

- À l'inverse, les habitués des Souls-like trouveront que Sekiro peut un peu trop pardonner

 

Note: 9 sur 10

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci:

TEST DE SPYRO REIGNITED TRILOGY - MAGIQUE !!!

Source(s) image(s):
VG247
Xbox

Commentaires