BORNES ÉLECTRIQUES

Kia Canada a convié la presse canadienne au lancement du Kia Soul 2020 dans la région de Toronto la semaine dernière afin qu’on mette à l’essai une des trois versions du modèle qui sera proposé aux consommateurs.

À LIRE AUSSI : KIA SPORTAGE 2020 : MISE À JOUR ET NOUVELLE VARIANTE AU MENU

Le Soul, c’est une idée originale lancée en 2010 par le constructeur coréen Kia. En 2015, on a vu apparaître un modèle de deuxième génération. À ce moment, un grand pas en avant était franchi. Pour la nouvelle décennie, on effectue un autre pas, mais pas nécessairement en avant. Disons de travers, un peu… 

Voici cinq choses à savoir sur la nouvelle cuvée qui fait ses débuts au moment d’écrire ces lignes. 

1 – Une offre plus pauvre pour le marché canadien

Lorsque le Soul a été présenté en novembre dernier, on nous annonçait trois variantes, trois lignées de modèles ; X-Line, GT-Line et EV (électrique). Un moteur de base pour la première, une mécanique plus enjouée pour la deuxième et un groupe électrique, évidemment pour la troisième. 

C’est le cas aux États-Unis. Mais pas ici. Chez nous, un seul moulin à essence pour les modèles des séries X et GT. La différence ? Une allure plus sportive pour le deuxième. 

2 – La version électrique : la bonne nouvelle

Il existe une autre différence entre l’offre américaine et canadienne et cette fois, elle est à notre avantage. Chez nos voisins du sud, la variante électrique a été retardée à l’année 2020, question d’approvisionnement. Kia Canada nous a confirmé qu’il n’en était rien pour notre marché. Cette dernière est attendue au cours des prochaines semaines. 

3 – Un moteur et une transmission

La mécanique qui est réservée au Soul canadien est un 4-cylindres de 2 litres, un bloc qui propose une cavalerie de 147 chevaux et un couple de 132 livres-pieds. Ce moulin est marié à une transmission à variation continue (CVT) que Kia appelle affectueusement IVT pour Intelligent Variable Transmission.

Un détail. 

La boîte fait du bon travail, mais pour exploiter la puissance, il faut utiliser le mode manuel et faire monter le régime moteur avant de passer chacun des rapports. La raison ? Le couple est absent à bas régime, si bien que ça n’avance pas comme on le souhaite. 

4 – Rapport qualité-prix

Il existe sept variantes du Soul, sans compter la version électrique. Les prix vont de 21 195 $ à 29 595 $. Règle générale, le rapport entre le prix et l’équipement est bon, mais payer plus de 25 000 $ pour ce véhicule qui n’offre pas la traction intégrale, ça me semble un peu excessif. Vous pourrez alors trouver mieux ailleurs. 

La mouture EX, à 22 895 $, serait mon choix, elle qui avance plusieurs caractéristiques de sécurité et plusieurs commodités. 

5 – Une conduite sans histoire

Si le Soul vous intéresse, vous n’effectuerez pas un mauvais achat en vous tournant vers lui. Cependant, sachez que vous ne mettez pas la main sur le véhicule le plus attrayant du segment en matière de conduite. 

Cette dernière est un peu rustique et si les routes sont dégradées dans votre coin, ce qui est le cas de 90 % des régions au Québec, vous allez trouver le temps long. Le train arrière, notamment, a tendance à sautiller.

Conclusion

Bref, il n’y a rien d’alarmant, mais il n’y a rien d’exceptionnel non plus avec cette nouvelle cuvée du Soul. Le produit continue sa route sans histoire. 

La version électrique sera à surveiller. Le modèle le plus intéressant de la gamme, il est peut-être là.

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci : 

KIA SEDONA 2019 : LA FOURGONNETTE N’EST PAS MORTE

Source(s) image(s):
Kia

Commentaires