Je suis surpris qu’en 2015 il y ait encore autant de mythes entourant le mal de dos. Le port de la ceinture en est un qui revient continuellement sur la table. J’ai donc décidé d’y dédier un article, en espérant que celui-ci serve de référence aux gens qui se posent encore la question…

À LIRE AUSSI : Déménager sans se blesser

Il faut d’abord comprendre le rôle de la ceinture qui est d’augmenter de façon externe (on pourrait dire artificiellement) la stabilité du tronc. En effet la ceinture a comme tâche de minimiser les mouvements pouvant affecter la région abdominale ou spinale. Il existe plusieurs types de ceinture ayant comme but de supporter la région lombaire ou abdominale; en cuir ou en tissus, souple ou rigide, avec sangles ou velcro, etc… Cette fonction peut être souhaitée et avantageuse dans certaines situations, comme après une opération au niveau du ventre pour minimiser la mobilisation de la région cible ou en phase aigüe de douleur inflammatoire. Les dynamophiles s’en servent aussi pour augmenter la stabilité du tronc afin de lever des charges plus lourdes. Le problème c’est que comme pour bien des choses, on dirait que les gens cherchent plus souvent qu’autrement le moyen d’en abuser que de s’en servir pour les bonnes raisons.

Si son rôle est de s’acquitter de la tâche dont est supposée se charger la musculature du tronc, cela veut aussi dire que la ceinture peut apporter son lot de problèmes. Comme je l’ai souvent expliqué dans mes articles traitant de la posture, la sous-stimulation de la musculature profonde engendre plusieurs complications car ce sont les muscles posturaux, tant les abdominaux que les spinaux, qui assurent certaines choses dont la stabilité, l’équilibre et la fluidité des mouvements.

Ce sont les muscles superficiels et profonds qui permettent de diminuer le stress mécanique appliqué sur les structures et de minimiser les risques d’hernie discale ou d’entorse ligamentaire. Ces deux systèmes qui longent la colonne jouent un rôle très important car ils permettent autant de mobiliser que de rigidifier la colonne selon les besoins. Cette particularité qu’a le système vertébral est la raison même pourquoi il faut minimiser l’usage d’une ceinture dans les activités quotidiennes. Comment tirer profit d’un système alerte, intelligent et fort si on ne le sollicite pas?

La posture est un concept dynamique qui évolue constamment dans le temps. La colonne vertébrale ne tient pas d’elle-même, elle n’est qu’une pile de blocs inanimés qui ne tient en place que par l’action des systèmes nerveux et musculaire. Sans activité, la poutre ne tient tout simplement pas et elle s’effondre. Ce n’est pas pour rien qu’on suggère aux gens de faire des exercices pour traiter le mal de dos. Parlant de mouvement, je vous suggère fortement la lecture de mon article sur les exercices à faire et à éviter dans le cas de douleurs lombaires.

Le système vertébral a donc besoin d’être stimulé pour demeurer fonctionnel. Toute dysfonction de la sangle abdominale, qui est en réalité le corset naturel qui vous permet de vous tenir debout et de vous mouvoir, entraînera nécessairement des complications. La majorité des troubles chroniques, comme la lombalgie, sont d’ailleurs conséquents à une défaillance du système postural et bien des maux de dos sont conséquents soit à l’ankylose, une accumulation de stress, un manque de mobilité des membres inférieurs (jambes), de mauvaises attitudes posturales, de mauvaises techniques de levage ou un mélange de tous ces mêmes facteurs. Pour plus d’informations sur les mécanismes de la lombalgie chronique (mal de dos), je vous recommande la lecture de ma série d’articles sur « comprendre le mal de dos » en trois parties (1, 2, 3).

Il faut donc bien comprendre que vous incitez volontairement la perte de vos capacités motrices si vous portez abusivement une ceinture destinée à augmenter le support lombaire. Et à moins que vous ne tentiez un lever maximal unique (1 répétition), porter une ceinture à l’entraînement ne fait aucun sens car vous êtes justement censé venir au gym pour stimuler votre musculature!

Le pire dans tout cela c’est que ce ne sera bien sûr pas lorsque vous porterez votre ceinture que vous vous blesserez mais bien lorsque vous ne l’aurez pas et que votre tronc se retrouvera exposé et vulnérable car votre corps ce sera habitué à avoir une béquille pour faire le travail à sa place. Le port de la ceinture devrait ainsi être réservé aux situations qui risquent de présenter des imprévus, comme aider quelqu’un à déménager ou avoir à déplacer un objet imposant, lourd ou difficile à manipuler.

Ce principe, de limiter l’usage d’une aide externe aux moments opportuns afin d’éviter l’ankylose, s’applique en passant à tout autre type de support rigide Le port d’une attelle au poignet en est un autre exemple, alors que son utilisation la nuit pour éviter de le comprimer les structures su poignet est justifiable tandis que la porter pour le reste de la journée ne l’est pas. Malheureusement, les gens ont souvent tendance à rapidement se tourner vers un support externe quelconque plutôt que de faire leurs devoirs et de prendre soin de leur corps.En continuité avec ces article, je vous suggère également la lecture de mon article sur les mythes entourant le mal de dos intitulé ça y est, je viens de me faire un tour de rein!

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Une diète « corsée »

Source(s) image(s):
Belt, Weightlifting, Weight Training.

Commentaires