Detroit, Michigan - Buick, ce n’est plus un secret, a effectué un retour spectaculaire dans l’industrie au cours des 10 dernières années. Si c’est en partie attribuable à l’amour que lui porte le peuple chinois, ce n’est pas la seule raison derrière ses récents succès.

À LIRE AUSSI : Peel P50 : pour claustrophobes avertis

En effet, il n’y a pas qu’au pays de Mao qu’on reconnaît la qualité des nouvelles Buick. Ici, en Amérique du Nord, la filiale de General Motors fait aussi des progrès, si bien qu’au combiné, elle a enregistré l’an dernier, pour une quatrième année consécutive, un record en ce qui a trait à ses ventes mondiales.

L’an dernier, ce sont 1,4 million de nouvelles Buick qui se sont trouvées un domicile.

La gamme, nul doute, connaît une belle ascension. Mais attention, cependant, le portfolio n’est pas sans canard boiteux. Si l’Encore et l’Envision connaissent de beaux succès (initiaux, dans le cas du deuxième), certains produits tirent un peu plus de la patte. C’est le cas du Regal qui, heureusement, est repensé pour 2018.

Si une Buick ne peut que gagner à être revue, c’est bien elle. On ne parlait pas du modèle le plus intéressant de la gamme.

Et que nous réserve la nouvelle cuvée?

Une nouvelle approche, en fait.

Concrètement, la nouvelle Regal, que l’on devra apprendre à nommer la Regal Sportback, propose un design où est intégré un hayon arrière, à la Porsche Panamera. Le résultat est que le volume du coffre double en capacité pour offrir 892 litres de chargement avec les sièges arrière relevés. Avec les sièges de la deuxième rangée abaissés, ce dernier passe à 1719 litres, le volume de bien des VUS compacts.

C’est d’ailleurs l’un des objectifs avoués de Buick, soit offrir une plus grande polyvalence. Consciente de l’intérêt grandissant des consommateurs pour les VUS, elle compte en séduire quelques-uns préférant l’attrait de la voiture en leur livrant le côté pratique du VUS.

Sous le capot, la division fait appel à un 4-cylindres de 2-litres turbo, lequel avance une puissance de 250 chevaux et 260 livres-pieds de couple. Ça, c’est en configuration à traction et avec une boîte de vitesses automatique à neuf rapports jumelée au moulin. Avec le rouage intégral, on gagne 35 livres-pieds de couple alors que le moteur est marié à une boîte automatique à huit rapports cette fois.

Outre cela, une kyrielle de caractéristiques de sécurité est proposée, y compris l’ajout d’un dispositif qui soulève le capot de quelques pouces en cas de collision avec un piéton, question de mieux « protéger » tout le monde.

L’habitacle a été redessiné et se présente sous un très beau jour. Il en va de même pour l’ensemble de la voiture qui reçoit des lignes modernisées et une nouvelle grille à l’allure plus jeune.

Pour ce qui est de la magnifique version familiale qui sera offerte chez nos voisins américains, la TourX, elle ne traversera pas la frontière; une question de demande de ce côté-ci nous explique GM Canada.

La nouvelle Regal se pointera cet automne. Nous en saurons plus lors du lancement officiel de la voiture qui aura lieu à la même période. Hier, nous n’avions droit qu’à une présentation statique du modèle en avant-première du Salon de New York.

La semaine prochaine, dans la jungle new-yorkaise, c’est le nouvel Enclave qui sera la vedette de la famille Buick.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :

Pourquoi l'Edsel a-t-elle été un échec ?

 

Source(s) image(s):
Buick; Daniel Rufiange

Commentaires